La bourse ferme dans 29 min
  • CAC 40

    6 289,81
    +55,67 (+0,89 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 031,39
    +37,96 (+0,95 %)
     
  • Dow Jones

    34 166,10
    +130,11 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,1982
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 778,00
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    51 367,96
    -1 638,57 (-3,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,79
    -16,92 (-1,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,03
    -0,43 (-0,68 %)
     
  • DAX

    15 450,25
    +194,92 (+1,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 015,67
    +32,17 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    14 017,81
    -20,96 (-0,15 %)
     
  • S&P 500

    4 178,67
    +8,25 (+0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3818
    +0,0034 (+0,25 %)
     

Comment la France a traversé une année de Covid

·2 min de lecture

EDITO - Un an exactement après le début du confinement, les chiffres montrent que l'exécutif a trouvé un subtil équilibre entre protection contre la maladie et conservation de l’économie.

Un an après le 17 mars 2020, date du début du premier confinement, comment la France a-t-elle traversé ? La réponse est dans l'infographie ci-dessous, où Challenges a combiné pour une dizaine de grandes puissances l’impact de la sur leur croissance en 2020, et la force du rebond attendu en 2021. A cette aune, la performance française (-2,8 % sur les deux exercices combinés) est très proche de la moyenne de celle des pays de la zone euro (-3,1 %), et à quelques dixièmes de points de son voisin allemand (-2,4 %), constamment mis en avant. Concernant par million d’habitants (1.279 début mars), le pays n’affiche pas davantage une position hors norme : sa 19e position mondiale le situe derrière les Etats-Unis et tous ses voisins européens, sauf l’Allemagne, qui affiche sur ce point sa différence… avant la crainte d’une nouvelle vague outre-Rhin.

Economie de "guerre"

Dans le subtil équilibre entre la protection contre les effets de la maladie et la conservation de l’économie, l’exécutif n’a donc pas failli. Espérons qu’Emmanuel Macron persistera , avant que la vaccination de la majorité de la population nous fasse enfin accéder au "monde d’après". Nous n’y entrerons pas dans un paysage dévasté. L’exceptionnel soutien de l’Etat (186 milliards d’euros) a permis aux ménages de ne pas perdre du pouvoir d’achat, performance exceptionnelle dans une économie de "guerre", vocable exact au moins statistiquement puisque même pendant le deuxième conflit mondial, l’activité n’avait jamais autant chuté sur une période de douze mois ! Il en est différemment des entreprises, mais beaucoup, et pas seulement les grosses ont étonnamment résisté, y compris dans les secteurs sinistrés : de petits groupes hôteliers ont même traversé la crise sans creuser de déficits, grâce à une habile combinaison de (fort) chômage partiel et de (faible) taux d’occupation. Et le peu d’empressement des stations de sport d’hiver à rouvrir en fin de saison donne une idée des indemnités mobilisées …

Reste l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi