Publicité
La bourse ferme dans 5 h 22 min
  • CAC 40

    7 518,56
    +15,29 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 862,13
    +22,99 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0712
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    2 334,40
    -14,70 (-0,63 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 304,87
    -654,43 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 364,40
    -23,76 (-1,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,39
    -0,06 (-0,08 %)
     
  • DAX

    18 046,81
    +44,79 (+0,25 %)
     
  • FTSE 100

    8 142,03
    -4,83 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2667
    -0,0019 (-0,15 %)
     

France Travail (ex-Pôle emploi) : bonne nouvelle pour les salariés démissionnaires

Illustration Capital/Freepik

Une petite surprise attend certains demandeurs d’emploi. Dans son premier projet de décret d’application de la future réforme de l’assurance chômage, transmis ce mardi 4 juin aux syndicats ainsi qu’au patronat et dont Capital a obtenu copie, le gouvernement n’envisage pas seulement de durcir les principales règles d’indemnisation (durée maximale abaissée, conditions d’ouverture plus strictes…). Le texte prévoit aussi de faciliter l’accès de certains salariés démissionnaires à l’assurance chômage : ceux qui s’engagent dans le dispositif de démission pour reconversion.

Vous ne connaissez pas les règles d’indemnisation chômage par cœur ? Rappelons donc d’abord que si en théorie, la démission ne donne pas droit au chômage, dans certains cas jugés comme «légitimes», ce mode de rupture du contrat de travail peut permettre d’être indemnisé par France Travail (ex-Pôle emploi). Depuis le 1er novembre 2019, c’est le cas des salariés qui démissionnent pour concrétiser un projet de reconversion professionnelle. Sous certaines strictes conditions, cependant.

Aujourd’hui, il faut ainsi avoir travaillé 1 300 jours au cours des 60 mois précédant la fin du contrat (soit quasiment 5 années de travail continues, dans le cas d’un salarié travaillant 5 jours sur 7 par semaine) pour pouvoir prétendre à une indemnisation chômage dans ce cadre. Ensuite, le projet de reconversion doit être jugé «réel et sérieux» et ainsi être validé par un opérateur de conseil professionnel, ainsi qu’une commission paritaire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quel bac pour devenir avocat ?
Non, un arrêt de travail pour «burn-out» n'est pas un arrêt de complaisance
Salaire : voici le top 20 des métiers les mieux payés dans le privé
Cette ancienne star du PSG aurait employé un homme… sans contrat de travail
Lettre de motivation pour un job d’été