La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 432,50
    +356,34 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Comment la France tente de rattraper son retard dans l’éolien offshore

·2 min de lecture

REPORTAGE - Pétri de culture nucléaire, notre pays a longtemps dédaigné l’éolien offshore. Aujourd’hui, il met les bouchées doubles sur la filière, comme à Saint-Nazaire.

Le bateau glisse doucement au large de Saint-Nazaire et tout d’un coup on les voit. Les éoliennes? Non. Pas encore. Ce que l’on distingue ce sont les fondations. Des fondations jaunes vifs d’une hauteur d’environ 30 mètres. Et c’est sur ces pieux que viendront s’encastrer le mât, la nacelle puis les pales des futures éoliennes, . Situées à une douzaine de kilomètres des côtes, elles culmineront à 150 mètres au dessus du niveau de la mer. Les opérations sont prévues au printemps prochain. Fin 2022, si tout se passe bien, le parc de 80 éoliennes opéré par EDF Renouvelables tournera à pleine capacité et fournira 20% des besoins électriques de la Loire-Atlantique, l’équivalent de la consommation de 700.000 personnes.

En attendant, les bateaux s’affairent sur la zone de 78 kilomètres carrés. Des bateaux très spéciaux qui se "soulèvent" hors de l’eau et font davantage penser à des plateformes pétrolières. Le plus impressionnant est l’"Innovation", un navire de 147 mètres capable de transporter trois par trois les fondations. Le système de levage de ce géant des mers peut supporter des charges de plus de 30.000 tonnes. Depuis avril, les équipes d’EDF Renouvelables ont installé 29 fondations. Il lui en reste donc 51 à poser. L’investissement s’élève à 2 milliards d’euros pour une exploitation prévue sur une durée de 25 ans. "Ce parc est le premier projet offshore sur fonds rocheux, précise Olivier de La Laurencie, chef du projet de Saint-Nazaire pour EDF Renouvelables. En Europe du Nord, les fonds marins sont sablonneux ou argileux mais ce n’est pas le cas ici. Pour poser les fondations, on a donc deux solutions. Soit on descend une foreuse et on fait un trou comme dans un mur avec une perceuse. Soit, à l’aide d’un marteau hydraulique, on casse la roche."

200 opérateurs

Sur mer, ils sont quelque 200 à travailler sur les bateaux. Les opérateurs font des rotations d’une semaine et œuvrent 24h sur 24, sept jours sur sept avec des équipes en trois-huit. Comme la location des [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles