France Telecom : quitter la Perfide Albion ou pas ?

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA30,000,02
4744.TWO19,200,09
TDCAF9,400,00
FNCTF15,260,00
DTE.DE11,590,05

France Telecom (Other OTC: FNCTF - actualité) poursuivra-t-elle l'aventure au Royaume-Uni ? Selon le 'Financial Times', rien n'est moins sûr. Plusieurs fonds de capital-investissement de premier plan seraient en train de fourbir leurs armes, c'est-à-dire de mobiliser des liquidités, pour racheter "EE" (Everything Everywhere), l'entreprise commune à Orange et à Deutsche Telekom (Xetra: 555750 - actualité) , qui avaient décidé de s'allier pour mutualiser certains de leurs coûts. De nombreuses rumeurs ont circulé sur les intentions des deux opérateurs historiques d'Europe continentale, mais les dernières pistes laissaient plutôt entrevoir une ouverture du capital sur le marché, c'est-à-dire une entrée en bourse à Londres.

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) 'FT' croit savoir que les fonds Apax et KKR se seraient alliés d'un côté, et Blackstone (NYSE: BX - actualité) et CVC (Taiwan OTC: 4744.TWO - actualité) d'un autre, pour préparer des offres qui pourraient atteindre 10 milliards de livres, soit environ 11,6 milliards d'euros. Les sources obtenues par le quotidien britannique des affaires laissent entendre que chacun des consortiums pourrait mettre environ 3 milliards de livres de sa poche, tout en cherchant l'appui de co-investisseurs. Des banques sont prêtes à soutenir le projet, éventuellement en passant par le marché obligataire américain du haut rendement.

L'assouplissement du marché du crédit a changé la donne

Une telle opération réveillerait un secteur sclérosé par la mutation technologique en cours. La dernière transaction d'envergure, la prise de contrôle de TDC (Other OTC: TDCAF - actualité) par Blackstone, KKR, Permira et Apax, remonte à 2006. Depuis que les deux opérateurs ont laissé entendre qu'ils préparaient une entrée en bourse de leur filiale, "les sociétés de capital-investissement ont encerclé EE sans avoir été en mesure d'obtenir un montage de financement intéressant, mais la forte reprise du marché du crédit aux Etats-Unis et en Europe ces derniers mois à totalement changé la donne", écrit le 'FT', qui rappelle que dans ce type d'investissement, les fonds financent en général le tiers du prix sur leurs ressources propres et ont recours à l'endettement pour le solde.

Le mot de la fin va à un autre informateur du journal, qui croit savoir que si l'entrée en bourse d'EE a les faveurs de France Telecom et Deutsche Telekom, une offre de rachat à bon prix, évidemment bien ficelée du côté du financement, pourrait être examinée avec intérêt. Elle aurait en effet le mérite d'éviter l'aléa lié à la mise sur le marché à une période où la téléphonie est à la peine en Europe.