Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 620,73
    -482,93 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 399,83
    -18,04 (-1,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

La France remporte la médaille du pays à la plus forte imposition dans la zone euro

HJBC/Adobe Stock

Alors que, depuis sa prise de pouvoir à la tête de l’État, Emmanuel Macron supprime une à une les taxes qui plombent le quotidien des Français, l’Hexagone est encore le champion de l’imposition dans la zone euro. Exit l’ISF et la taxe d’habitation, le gouvernement a aussi réformé la fiscalité sur le capital, baissé l’impôt sur les sociétés (IS), celui sur le revenu (IR), et les impôts de production… Pourtant, la France demeure le pays possédant le plus haut niveau de prélèvements obligatoires (PO) du Vieux Continent, révèle un rapport d'Eurostat, relayé par Le Figaro mardi 14 novembre.

Les PO représentent 48% du produit intérieur brut (PIB) de la France, contre 45,6% en Belgique ou 42,1% en Allemagne. À mesure de comparaison, la moyenne européenne se situe à 41,9%, indiquent nos confrères. Un écart entre la France et le reste des pays européens qui s’est creusé ces deux dernières années, atteignant 6,1 points de plus que la moyenne de la zone euro.

La faute, notamment, aux taxes sur la consommation, à la TVA et aux taxes sur certains produits spécifiques, à l’instar de l’énergie, du tabac, de l’alcool ou de l’assurance, énumère le rapport de l’institution européenne. Mais ce sont les impôts sur la production qui sont les plus pointés du doigt. La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), la cotisation foncière des entreprises (CFE), et la cotisation économique territoriale (CET) représentaient en effet 4,7% du PIB français en 2022, contre environ 2,3% en zone euro (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Arrêts de travail, médicaments : les économies sur les prescriptions, un risque pour la santé publique ?
La Russie construit ses premiers prototypes de son chasseur furtif le Su-75
Emploi : le chômage risque de s’envoler en France en 2024, ING tire le signal d’alarme
Grève : les syndicats veulent se mobiliser le 12 décembre contre la réforme du lycée professionnel
Inflation, taux élevés... Bruxelles plus pessimiste sur la croissance en zone euro