La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 778,32
    +62,55 (+0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

France Rail Industry : le fleuron d'Hayange aiguise les appétits

·1 min de lecture

La décision du tribunal de grande instance de Strasbourg est attendue jeudi. Les 400 salariés de France Rail Industry (FRI) à Hayange connaîtront alors le nom du repreneur de l'industriel mosellan, fournisseur "stratégique" de la SNCF. Le choix du juge mettra un terme à un lourd suspense. Mais face à la complexité du dossier et aux pressions politiques, quelques semaines supplémentaires pourraient être nécessaires pour boucler sa reprise.

Les équipes de cinq candidats ont défendu vendredi à Strasbourg leur projet de rachat du fabricant de rails. Le TGI de Strasbourg avait rarement vu défiler autant de représentants de groupes indiens, chinois et britanniques. Un "exotisme" que Bercy ne voit pas forcément d'un très bon œil. Pour le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, le site d'Hayange appartient à la catégorie des actifs stratégiques et tombe sous le coup du décret Montebourg.

Le repreneur chinois divise

Ce fleuron national aurait dû éviter de passer aux mains d'investisseurs étrangers. Et Bercy aurait aussi bien vu le repreneur de FRI voler au secours d'un autre site sidérurgique français en perdition : celui d'Ascoval à Saint-Saulve, justement fournisseur de la matière première transformée par FRI. Trois des candidats se proposent bien de se porter acquéreurs des deux sites en même temps. Mais, dilemme pour le juge, le meilleur propriétaire pour le fabricant de rails lorrain se cache peut-être parmi les deux autres.

British Steel, propriété du groupe chinois Jingye, a bie...


Lire la suite sur LeJDD