Publicité
La bourse ferme dans 12 min
  • CAC 40

    7 625,16
    +53,59 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 910,72
    +30,30 (+0,62 %)
     
  • Dow Jones

    38 763,14
    -14,96 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    +0,0008 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    2 334,90
    +5,90 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 964,04
    -1 041,74 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 322,17
    -67,23 (-4,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,32
    +0,99 (+1,23 %)
     
  • DAX

    18 116,28
    +48,07 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    8 189,11
    +46,96 (+0,58 %)
     
  • Nasdaq

    17 808,17
    -48,85 (-0,27 %)
     
  • S&P 500

    5 473,14
    -0,09 (-0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,2691
    -0,0013 (-0,11 %)
     

En France, quatre fumeurs sur cinq achètent leurs cigarettes chez le buraliste

Pas de report massif vers le marché noir, malgré les hausses de prix successives: 4 fumeurs sur 5 ont acheté leur dernier paquet de cigarettes chez le buraliste (BORIS HORVAT)
Pas de report massif vers le marché noir, malgré les hausses de prix successives: 4 fumeurs sur 5 ont acheté leur dernier paquet de cigarettes chez le buraliste (BORIS HORVAT)

Pas de report massif vers le marché noir, malgré les hausses de prix successives: quatre fumeurs sur cinq ont acheté leur dernier paquet de cigarettes chez le buraliste, décrit une note de l'Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) publiée vendredi.

"En 2021 en France métropolitaine, 79,2% des fumeurs interrogés ont déclaré avoir effectué leur dernier achat chez un buraliste", pointent les auteurs de la note sur l'approvisionnement en tabac en France entre 2014 et 2022, publiée en partenariat avec Santé publique France (SpF).

D'après eux, l'achat dans la rue ne concerne que 1% des derniers paquets achetés par les fumeurs, mettant à mal l'idée reçue d'un risque de report vers le marché parallèle.

PUBLICITÉ

Les contournements illégaux vont de l'achat dans un pays tiers par un particulier dépassant les volumes autorisés au fait d'acheter à la sauvette auprès de revendeurs illégaux.

Ce marché noir est estimé par les organismes publics entre 10% et 20%, soit deux à quatre fois moins que les estimations produites par des études financées par l'industrie du tabac, nuancent les auteurs de la note.

"Sur la période 2017-2019, il y a eu une politique forte de hausse des prix et ça n'a pas fait évoluer les comportements d'achat et les modes d'approvisionnement déclarés par les fumeurs", rappelle à l'AFP Guillaume Airagnes, directeur de l'OFDT.

Le prix annuel moyen du paquet de cigarettes de la marque la plus vendue s'élevait à 10,50 euros en 2022, contre 7 euros en 2014.

"L'augmentation du prix fait partie des mesures de politiques publiques les plus efficaces pour réduire le tabagisme dans la population", tranche M. Airagnes.

- Paquet à 25 euros -

D'alleurs un rapport du Sénat publié jeudi recommande une augmentation de la fiscalité du tabac d'au moins 3,25% par an hors inflation jusqu'en 2040, ce qui "permettrait de porter le prix du paquet de cigarettes d'environ 12 euros aujourd'hui à 25 euros en 2040".

Les pays limitrophes de la France hexagonale n'ont pas augmenté les prix du tabac de manière aussi importante, le tabac s'y trouve donc moins cher.

"La part des fumeurs ayant acheté leur dernier paquet dans un pays limitrophe s'y élève à 42%, contre seulement 7% en moyenne dans les autres départements", rapporte l'OFDT.

"La fiscalité française sur le tabac fait la course en tête sur l'Europe, les rapports de la note sont inacceptables et démontrent une méconnaissance criante des conséquences du prix, tant sur la santé publique du pays que sur la situation économique du réseau", a réagi la Confédération des buralistes, appelant à "un moratoire sur le tabac, tant que les pays frontaliers n'auront pas adapté également leur fiscalité".

Les buralistes se disent aussi "consternés" par le rapport sénatorial.

Au contraire, le Comité national contre le tabagisme salue "le rappel de l'efficacité des hausses de taxes, mais déplore la faiblesse de la trajectoire proposée (3,25%) en-deçà des recommandations scientifiques (10%)".

- Baisse "spectaculaire" -

De manière générale, les chiffres sur la consommation sont en baisse, chez les jeunes comme chez les adultes, une diminution à l'origine de la baisse des volumes de tabac achetés chez les buralistes entre 2014 et 2022 (55.415 tonnes à 40.314 tonnes, ndlr), selon la note.

"Le tabagisme quotidien chez l'adulte est passé de 28,6% à 24,5%. La baisse est encore plus spectaculaire chez les adolescents à 17 ans puisque là, les niveaux d'usage quotidien ont été divisés par deux. Ils ne sont plus qu'à 15,6% en 2022", précise à l'AFP Marc-Antoine Douchet, chargé d'étude à l'OFDT et l'un des auteurs de la note.

Un fumeur de 17 ans sur deux (58,3%) s'approvisionne chez les buralistes, alors même qu'il est interdit de vendre du tabac aux mineurs.

"L'absence de contrôle chez les buralistes est systématiquement mentionnée. Les mineurs enquêtés identifient très bien les situations les plus susceptibles d'entraîner des refus (âge du buraliste, achats en groupes) ainsi que les bureaux de tabac réputés +conciliants+", observent les auteurs.

aco-sr/bfa/lbx