La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 263,21
    -479,61 (-1,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 399,86
    -2,00 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 321,83
    -1 242,72 (-2,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 505,47
    +1 262,79 (+520,35 %)
     
  • S&P 500

    4 152,58
    -35,85 (-0,86 %)
     

France: le Premier ministre Jean Castex va annoncer le maintien des régionales en juin

·2 min de lecture

La fin d'une longue période d'incertitude et de tensions politiques en France. Les élections départementales et régionales vont bien se tenir en juin 2021. Le gouvernement doit le confirmer ce mardi 13 avril lors d'un débat à l'Assemblée nationale. La consultation des maires sur la tenue ou le report du scrutin a définitivement fait pencher la balance en faveur du maintien du vote, mais sans doute légèrement décalé d'une semaine.

Finies les hésitations, l'heure du choix a sonné pour l'exécutif. Ce mardi 13 avril, devant les députés, Jean Castex annoncera le maintien des élections en juin. Une source gouvernementale le confirme à RFI. « Tous les éléments concordent dans le sens » du maintien, ajoute ce conseiller de l'exécutif : le conseil scientifique n'a pas demandé un report. L'opposition est quasi-unanime pour voter en juin et puis cette consultation précipitée des maires le week-end dernier a placé le gouvernement au pied du mur.

Le dernier feu vert

Selon les résultats diffusés opportunément par le ministère de l'Intérieur, sur les 24 000 maires à avoir répondu, 56% se disent favorables au maintien des régionales en juin, contre 40% pour un report. C'était le dernier feu vert attendu par Emmanuel Macron.

Décalées

Reste à savoir dans quelles conditions sanitaires vont se dérouler ces élections. De nombreux maires ruraux s'inquiètent déjà des difficultés à faire vacciner ou tester les assesseurs qui officieront dans les bureaux de vote. Mais il y aura sans doute un léger décalage temporel : « Le Premier ministre va proposer que les élections aient lieu au mois de juin, peut-être en décalant jusqu'au 27 juin le deuxième tour (...) je le pense et je m'en félicite », a déclaré le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, au micro de la radio privée RTL. Dans ce cas de figure, motivé par la crise sanitaire, le premier tour aurait lieu le 20 juin, là aussi une semaine après la date prévue au départ

À lire aussi : Municipales en France, vers une abstention record dans un scrutin marqué par le Covid-19