La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 837,81
    -184,34 (-0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

La France pourrait se passer "à terme" du gaz russe, estime le président d'Engie

L'Union européenne est à la recherche d'alternatives pour réduire sa dépendance énergétique à la Russie.

La France pourrait être en mesure de se passer "à terme" du gaz russe, a estimé ce samedi 7 mai le président du géant français de l'énergie Engie, , tandis que l'Union européenne est à la recherche d'alternatives pour

"À terme, oui. La question, c'est à quel terme", a-t-il déclaré au micro de France Inter, avant d'indiquer que la France était "probablement capable de réduire de manière très importante" sa dépendance au gaz russe d'ici "trois ou quatre ans".

Son acheminement, en effet, repose sur tout un réseau d'infrastructures (gazoducs, installations de liquéfaction, etc.) complexe à mettre en place, a indiqué Clamadieu.

Prévenant fin mars que la France aurait besoin "à moyen terme ou long terme" du gaz russe, et renvoyant la décision aux gouvernements européens, le géant français de l'énergie a progressivement fait évoluer sa position sur la question.

"Si nous devions faire face à une interruption brutale, c'est un scénario qui est beaucoup plus difficile, et nécessitera des ajustements qui seront probablement eux aussi brutaux", prévient toutefois Clamadieu.

L'UE a sanctionné la Russie

Cherchant à diversifier ses approvisionnements, le groupe a signé début mai un contrat d'approvisionnement de gaz naturel liquéfié (GNL) sur 15 ans auprès de l'américain NextDecade, même si un report sur le GNL ne permettra pas d'obtenir "des quantités suffisantes pour remplacer" le gaz russe pour l'instant.

L'Union européenne a sanctionné la Russie en cinq volets successifs de sanctions depuis le début de la guerre en Ukraine fin février. Elle a décidé de cesser ses achats de charbon et s'est tournée vers des fournisseurs aux États-Unis pour compenser un tiers de son approvisionnement en gaz russe, estimé au total à 150 milliards de m3.

Depuis le début de l'invasion[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles