La bourse ferme dans 34 min
  • CAC 40

    5 810,17
    +0,44 (+0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 699,22
    -8,50 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    31 454,45
    +62,93 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,2074
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 703,90
    -29,70 (-1,71 %)
     
  • BTC-EUR

    41 977,41
    +998,72 (+2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 013,63
    +25,54 (+2,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,32
    +1,57 (+2,63 %)
     
  • DAX

    14 020,45
    -19,35 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    6 645,70
    +31,95 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    13 199,30
    -159,48 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    3 852,12
    -18,17 (-0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3960
    +0,0004 (+0,03 %)
     

France: Il pourrait y avoir 6% de pertes sur les prêts garantis, dit Villeroy de Galhau

·1 min de lecture
FRANCE: IL POURRAIT Y AVOIR 6% DE PERTES SUR LES PRÊTS GARANTIS, DIT VILLEROY DE GALHAU

PARIS (Reuters) - Les pertes sur les prêts garantis par l'Etat (PGE) aux entreprises françaises pour surmonter la crise du coronavirus pourraient atteindre 6%, a déclaré mercredi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Les banques en France ont prêté plus de 130 milliards d'euros garantis par l'Etat depuis le début de la crise au printemps dernier, plus que dans tout autre pays européen.

L'endettement global des entreprises a ainsi atteint des records même si la Banque de France souligne que nombre d'entre elles ont eu recours à ces PGE par précaution plus que par nécessité.

"Notre estimation actuelle, je vais donner une fourchette entre 4,5 et 6% du total des PGE qui pourraient se traduire par des pertes", a dit François Villeroy de Galhau lors d'une audition par la commission des Finances du Sénat.

Ces pertes seraient très majoritairement couvertes par l'Etat, à 90%, et à 10% par les banques, a-t-il ajouté.

(Leigh Thomas; Version française Bertrand Boucey, édité par Jean-Stéphane Brosse)