La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 224,07
    -169,68 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    14 086,92
    -87,22 (-0,62 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2124
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    33 068,95
    -741,82 (-2,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    998,51
    -12,10 (-1,20 %)
     
  • S&P 500

    4 243,57
    -11,58 (-0,27 %)
     

La France et plusieurs pays européens demandent à Israël de stopper ses colonies

·1 min de lecture

Dans un communiqué commun publié, jeudi, par leurs ministères des Affaires étrangères, la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni demandent au gouvernement israélien de "mettre un terme à sa politique d'extension des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés".

Paris, Berlin, Madrid, Rome et Londres expriment une nouvelle fois leur condamnation. Jeudi 6 mai, ces cinq puissances européennes ont appelé Israël à stopper la construction de nouveaux logements dans de nouveaux territoires occupés en Cisjordanie.

Dans un communiqué commun publié par leurs ministères des Affaires étrangères, les cinq pays européens demandent "instamment au gouvernement d'Israël de revenir sur sa décision de procéder à la construction de 540 nouvelles unités de logements dans la colonie de Har Homa en Cisjordanie occupée, et de mettre un terme à sa politique d'extension des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés".

Rappelant le caractère illégal des colonies au regard du droit international, Paris, Berlin, Madrid, Rome et Londres ajoutent que "si la décision d'accroître les colonies (...) était mise en œuvre, elle compromettrait davantage la perspective d'un État palestinien viable, avec Jérusalem comme capitale d'Israël et de l'État palestinien".

"Cette décision (...) porte également atteinte aux efforts visant à rétablir la confiance entre les parties, à la suite de la reprise constructive de la coopération israélo-palestinienne", est-il écrit dans le communiqué, qui appelle les deux parties à "s'abstenir de toute initiative unilatérale".

Avec Reuters