La bourse est fermée

La France devrait perdre 38 millions de touristes en 2020, un record en Europe

La France devrait perdre 38 millions de touristes en 2020, un record en Europe

Alors qu’elle espérait atteindre les 100 millions de touristes étrangers en 2020, la France, comme tous les autres pays du monde, s’apprête à vivre une année pénible. Selon un rapport, 38 millions de visiteurs attendus dans l’Hexagone devraient manquer à l’appel. 

Le tourisme mondial est à l’arrêt. Tour Eiffel, Grande Muraille de Chine, chutes du Niagara, Taj Mahal… Ces lieux incontournables accueillent, chaque année, des millions de visiteurs. Mais pas en 2020, le coronavirus ayant contraint les gens à limiter au maximum leurs déplacements et les pays à fermer leurs frontières. Une année noire pour un secteur sinistré qui représente 10% du PIB mondial et 15% des emplois. Selon l’Organisation mondiale du Tourisme le cumul des pertes liées à la pandémie avoisine les 1 000 milliards d’euros.

À LIRE AUSSI >> 46% des Français attendront 2021 pour voyager

Pour l’Europe, la cicatrice mettra du temps à se refermer. La France, première destination touristique mondiale avec 90 millions de touristes sur son sol en 2018, peut s’inquiéter. Pour 2020, les prévisions se révèlent catastrophiques selon le dernier rapport de la Commission européenne des voyages (CTE). 

49% de touristes en moins en Italie

Selon l’étude, la France serait le pays européen qui connaîtra la pus grosse chute avec 38 millions de touristes en moins cette année. Suivent l’Espagne (34 millions) et l’Italie (31 millions). Troisième, la Botte devrait quand à elle subir le plus fort impact en pourcentage avec 49% de touristes en moins par rapport à 2019. “Les voyages en Europe devraient être inférieurs de 39% en 2020 à ceux de 2019, ce qui représente la moitié de la perte de volume de visiteurs dans le monde”, note l’étude.

“La plupart des destinations s'attendent à une baisse du tourisme de 30 à 40% en 2020”, ajoute-t-elle. Moins touchés par la pandémie, la Grèce et le Portugal pourraient en profiter à l’inverse du trio France-Espagne-Italie qui devrait représenter “environ un tiers” de la baisse des arrivées internationales sur le Vieux Continent. 

À LIRE AUSSI >> En quête d’aventure ? Voici les pays à privilégier quand vous pourrez voyager à nouveau

Secteur clé de l’économie, le tourisme donne du travail directement ou indirectement à 27 millions d’Européens. Ces pertes se répercutent déjà sur l’emploi. Face à cette crise inédite et plombé par ses résultats trimestriels, le groupe Air France-KLM envisage des suppressions d’emplois sur la base de départs volontaires. Air France n’est pas le seul transporteur aérien à souffrir de voir ses avions cloués au sol. Les plans sociaux se multiplient : 12 000 suppressions d'emplois chez British Airways, 5 000 chez SAS Scandinavian Airlines, 2 000 chez Icelandair ou encore 3 000 chez Ryanair.

NOS ARTICLES SUR LE CORONAVIRUS

>> Coronavirus : j'ai testé l'application StopCovid (du moins, sa version bêta)
>>
 Coeur, intestin, rein, cerveau... Les (très) nombreux organes touchés par le coronavirus
>> 
“J’ai hâte de voir en vrai les gens avec qui je bosse" : ils racontent leur nouveau travail pendant le confinement
>> 
Pourquoi la création d'un vaccin prend autant de temps ?
>> 
La carte interactive pour suivre l'évolution du Covid-19 dans le monde