Marchés français ouverture 7 h 39 min
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 175,87
    +243,67 (+0,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,0176
    -0,0011 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,94 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    22 741,72
    -152,66 (-0,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,20
    -2,02 (-0,38 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     

La France n'est pas prête à faire face au réchauffement climatique

OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Montée des eaux, sécheresses, incendies... le pays n'est pas prêt face aux conséquences du réchauffement climatique. Son adaptation nécessiterait des moyens humains et financiers à hauteur de 2,3 milliards d'euros supplémentaires par an dès 2023, a calculé l'Institute for Climate Economics qui publie le premier chiffrage global français de l'adaptation ce vendredi 24 juin.

, canicules, incendies, inondations, gels tardifs… Alors que les phénomènes extrêmes se multiplient, "la France n’est pas prête" à faire face au réchauffement climatique. C’est ce que démontre l’Institute for climate economics (I4CE) qui publie pour la première fois ce vendredi 24 juin : Il faudrait investir 2,3 milliards d’euros supplémentaires par an dès aujourd’hui pour mettre la France dans la bonne direction. Quelques mesures ponctuelles existent déjà, comme le plan national d'adaptation au changement climatique, la politique de prévention des feux de forêt ou le plan canicule, mais elles ne sont "pas à la hauteur des enjeux et de nombreux angles morts subsistent", estime I4CE qui considère avoir "chiffré les manques".

"Pendant la campagne présidentielle, . Mais l’adaptation est oubliée. Alors que tous les efforts sont généralement concentrés sur la mitigation, (l'atténuation du réchauffement), l’adaptation passe au second plan", alerte Benoît Leguet, directeur général de l’I4CE.

En 2019 déjà, le Sénat pointait dans un rapport qu’"aucun acteur n’est aujourd’hui en mesure de présenter une vision globale du financement des politiques d’adaptation. Ce sujet fondamental pour la transition climatique reste donc largement ouvert. " C’est pour tenter de combler ces "trous dans la raquette", que l'I4CE s’est lancé dans cette étude, résultat d’un an et demi de travaux.

A la clef, 18 mesures budgétaires chiffrées à 2,3 milliards d’euros annuels supplémentaires, qui peuvent être engagées dès à présent, répondant à des besoins de trois natures.

Adapter tous les investissements au réchauffement climatique

D’abord mettre à niveau le financement de politiques publiques dont les besoins vont mécaniquement augmenter avec le réchauffement (540 millions d’euros par an). Par exemple, pour la politique de défense contre les incendies. Actuellement, 31 départements sont concernés par cette politique, mais "les incendies concernent de plus en plus de régions, sur une saison de plu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles