La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9795
    -0,0089 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 479,92
    -202,68 (-0,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,28
    -6,84 (-1,48 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

La France insoumise montre les muscles lors de son université d'été

GONZALO FUENTES

Reportage - La France insoumise organise ce weekend son grand raoût estival à Valence. L'occasion de célébrer son succès aux élections législatives de juin dernier et préparer le rentrée politique.

. Trois ministres, Marlène Schiappa, Clément Beaune et Olivia Grégoire sont venus se frotter à la ferveur militante des supporters de Jean-Luc Mélenchon lors de l’université d’été du mouvement qui a lieu du 25 au 28 août à Valence dans la Drôme. Et il fallait une certaine dose de courage pour débattre avec les députés LFI, Alexis Corbière, Manon Aubry et Adrien Quatennens, sur des sujets aussi inflammables et clivants que le pouvoir d’achat, l’Union européenne ou encore la République. Et ce, devant une salle remontée à bloc qui n’hésite pas à siffler les macronistes. Petit florilège. Marlène Schiappa évoque Parcoursup. Huées. Elle prononce le nom du Président. Huées. Philosophe, Clément Beaune, le ministre délégué chargé des Transports, qui a ferraillé avec Manon Aubry sur l’Europe, lâche : « Je ne vais pas faire la pub de notre action. Ce serait inutile et j’y ai renoncé », sourit-il. Mais contrairement à un derby de football entre deux équipes ennemies, dont l’issue vire souvent aux affrontements entre supporters, tout s’est bien passé. Les hôtes, fair-play, ont salué l’audace des ministres d’être descendus dans l’arène des Insoumis. Et Alexis Corbière a même offert une cocarde tricolore à Marlène Schiappa à la fin de leur débat. Tout un symbole.

Un pari gagnant

Les Insoumis, , ont réussi leur coup de poker : démontrer qu’ils sont capables de discuter avec leurs adversaires politiques. « On est fiers de faire vivre le débat, clame Manon Aubry. C’est bien la preuve que la France insoumise n’est pas en dehors du champ républicain. » Une allusion aux accusassions d’Emmanuel Macron qui a renvoyé dos-à-dos le Rassemblement national et le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. C’est aussi et surtout faire une démonstration de force à l’encontre de leurs alliés de la Nupes (Parti socialiste, Les verts et le Parti communiste) : « L’union fait la force, affirme Mathilde Panot, la chef de file des Insoumis à l’Assemblée nationale. Tout le monde a prédit l’éclatement de la Nupes a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi