Marchés français ouverture 5 h 15 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 436,10
    +104,73 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 732,14
    +94,68 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    46 530,96
    -1 169,59 (-2,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 458,49
    -12,93 (-0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

En France, de grandes régions aux minuscules moyens

·2 min de lecture

SÉRIE LA FRONDE DES TERRITOIRES [3/9] - Avec 35 milliards d'euros de budget cumulé, les conseils régionaux sont des nains en Europe. Les compétences appartiennent d'abord à l'Etat et certaines métropoles.

Beaucoup de bruit pour rien. Les candidats à la présidence des régions peuvent promettre monts et merveilles. La réalité de leur pouvoir est moins reluisante. L'étude des budgets des 13 collectivités le montre : à 35 milliards d'euros au total, elles ne pèsent que 1,5 % du PIB. Et 3 % de la dépense publique. Des nains au regard des voisins européens. « C'est une particularité française, souligne l'expert en finances locales Michel Klopfer . Le budget de l'Ile-de-France ne représente pas 15 % de celui de la Rhénanie du Nord-Westphalie allemande. Et la deuxième région française, Auvergne-Rhône-Alpes, n'atteint pas celui de l'Andalousie ou de la Sicile. »

Et la démographie n'explique pas ce différentiel. « Notre budget se monte à 3,2 milliards d'euros pour 6 millions d'habitants, regrette le président de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset . Dans le Pays basque espagnol, de l'autre côté de la frontière, il atteint 12 milliards d'euros pour 2 millions d'habitants. Et lorsque l'on se compare aux Länder allemands, c'est l'humiliation. La France est le dernier état démocratique à vivre dans un système aussi centralisé. » La vraie différence repose sur leurs peu de compétences. En Allemagne, Italie ou Espagne, le personnel des écoles et des hôpitaux, par exemple, est décentralisé. En 2019, France Stratégie avait fait le calcul : si les collectivités locales françaises couvraient ces deux domaines, il leur en coûterait 76 milliards d'euros pour l'enseignement, au lieu de 36 milliards, et 99 milliards d'euros pour la santé, au lieu de 2 milliards !

Décentralisation de façade

Le dernier acte de décentralisation, la loi NOTRe, qui a fait passer de 22 à 13 le nombre de régions au 1er janvier 2016, n'a pas changé les équilibres. Certes, elles ont ajouté du transport et du développement économique dans leur escarcelle. Leur poids dans la dépense locale est passé de 12 % en 2012 à 15 % en 2019. « En fait, le pouvoir de gestion n'est pas au conseil régional mais souvent dans les mé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi