Marchés français ouverture 5 h 34 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 415,99
    +84,62 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    46 593,22
    -794,79 (-1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 461,27
    -10,14 (-0,69 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

France et Etats-Unis n'ont pas la même culture de l'emploi

·2 min de lecture

Malgré la pandémie et les confinements successifs, le marché du travail français a bien résisté à la crise.

France et Etats-Unis n'ont pas la même culture de l'emploi

Malgré la pandémie et les confinements successifs, le marché du travail français a bien résisté à la crise. Selon l'Insee, « seulement » 360 500 emplois ont été détruits fin 2020, contre 600 000 initialement prévus. Une bonne surprise due à l'intervention massive de l'Etat : « La mise en place d'un dispositif de chômage partiel très généreux a mis l'économie sous perfusion et donc évité l'explosion du chômage », analyse Pierre Cahuc, professeur à Sciences-Po. Situation strictement opposée aux Etats-Unis, pays plus libéral et moins protecteur : 9,8 millions de personnes ont perdu leur emploi l'année dernière. Sans compter les quelque 11 millions de chômeurs qui ne sont pas comptabilisés dans les statistiques. Le nouveau président Biden devrait détailler avant la fin du mois un nouveau plan pour relancer l'économie. Et l'emploi.

Résistance

En France, le marché de l'emploi a été moins affecté par les conséquences de la crise sanitaire qu'aux Etats-Unis.

Un effet, notamment, du système de chômage partiel mis en place. Mais on pourrait assister à une hausse du nombre de demandeurs d'emploi quand l'Etat français coupera le robinet.

Divergence

Le chômage est une variable d'ajustement de l'économie américaine, moins administrée. Quand ça va mal, on licencie facilement. Mais quand l'économie repart, c'est le plein-emploi. En France, c'est l'inverse : en période de crise, le chômage est maîtrisé, en période de reprise, on hésite à embaucher, ou on ne trouve pas de profils adaptés.

Préférence

Historiquement, le taux de chômage est plus élevé en France qu'aux Etats-Unis. Un article de la revue Le Débat publié en 1994 sous la plume de Denis Olivennes évoquait une « préférence française pour le chômage ».

Politiques et syndicats ont longtemps privilégié la défense du pouvoir d'achat et la protection des droits des chômeurs par rapport aux réformes visant à en réduire le nombre.


F. F.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi