La bourse ferme dans 1 h 47 min
  • CAC 40

    7 141,62
    -24,65 (-0,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 211,90
    -29,22 (-0,69 %)
     
  • Dow Jones

    33 980,57
    -73,37 (-0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,0862
    -0,0049 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 896,80
    -34,00 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    21 561,09
    -562,43 (-2,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,69
    -2,17 (-0,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,35
    +0,47 (+0,62 %)
     
  • DAX

    15 363,73
    -145,46 (-0,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 860,09
    +39,93 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    12 055,12
    -145,70 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 148,98
    -30,78 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2142
    -0,0087 (-0,71 %)
     

En France, le contrôle d'accès aux sites porno avance à tâtons

R. Longieras/Hans Lucas/AFP

Malgré une loi datant de 2020, plus de 10% de l'audience des sept grands pourvoyeurs de X sur le Web sont encore mineurs. Aucun système de blocage ne satisfait à ce jour les acteurs du marché et le régulateur.

Une France accro au porno. Sur le Web, il existe près d'un millier de sites spécialisés et accessibles gratuitement; et l'assiduité des visiteurs est réelle, à en croire de récentes études. Selon le dernier pointage effectué en novembre 2022 par SimilarWeb, spécialiste britannique de l'analyse de trafic sur Internet, cinq sites pornographiques sont classés parmi les 50 sites les plus consultés dans l'Hexagone. Le premier d'entre eux, Pornhub, se range en onzième position, devant Netflix, le site du journal L'Equipe ou celui du quotidien Le Monde.

D'après un récent rapport sénatorial, sept Français sur dix consulteraient au moins une fois par mois des contenus porno en ligne. Résultat, la France se situe au quatrième rang mondial des pays les plus consommateurs de X. Et parmi ces amateurs figurent beaucoup de mineurs: près de 12% de l'audience mensuelle des sept principaux sites référencés, selon les estimations de l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), qui est entrée en guerre avec les propriétaires de ces plateformes.

Une loi pas appliquée

C'était il y a un an et demi. L'Arcom reproche aux cinq sites les plus regardés en France - Pornhub, Tukif, XHamster, Xvideos, XNXX - de ne toujours pas empêcher leur accès aux mineurs. Depuis une loi votée le 30 juillet 2020, ils doivent en effet s'assurer que leurs visiteurs sont bien majeurs, sous peine de trois ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende. "La loi n'est toujours pas appliquée, déplore Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat et coautrice du rapport Porno, l'enfer du décor. Les sites Internet sont de très mauvaise volonté et se réfugient derrière des difficultés techniques. Une partie de la discussion se passe sur le terrain des libertés. Pourtant, je n'ai pas trouvé le droit à mater du porno dans les préambules de la Constitution de 1946."

Lire aussiPornographie : les sites YouPorn et RedTube sommés de verrouiller leur accès aux mineurs

Camouflet pour l'Arcom,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi