La bourse ferme dans 4 h 37 min
  • CAC 40

    6 222,76
    +14,18 (+0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 985,58
    +9,30 (+0,23 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 747,00
    +10,70 (+0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    52 180,33
    -1 449,87 (-2,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,43
    -13,35 (-0,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,88
    -0,27 (-0,43 %)
     
  • DAX

    15 245,99
    +36,84 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    6 967,48
    +27,90 (+0,40 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3784
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Françoise a failli être la proie d’une arnaque par mail : "Je suis très méfiante"

·1 min de lecture

À la suite du témoignage sur "La Libre antenne" de Myriam, victime d’une arnaque aux sentiments sur les réseaux sociaux, Françoise a souhaité faire part de son expérience. Elle a récemment reçu un e-mail de la part d’une de ses amies lui annonçant qu’elle était hospitalisée et lui demandant de lui faire parvenir des cartes de paiement prépayées. Au micro d’Olivier Delacroix, sur Europe 1, Françoise explique qu’elle s’est tout de suite méfiée et a ensuite découvert que l’adresse mail de son amie avait été piratée.

>> Écoutez le témoignage de Françoise en intégralité ici

"J’ai 77 ans. J’ai suivi votre conversation avec Myriam qui a envoyé de l'argent à une personne qu'elle avait rencontrée sur Internet. Il y a peu de temps, j'ai eu des nouvelles d’une amie que je n'avais pas vue depuis longtemps, à cause de la situation sanitaire. J'ai reçu un mail de sa part me demandant si elle pouvait me parler par mail. Je lui ai répondu qu’elle pouvait m'appeler sur mon téléphone fixe, que j’étais chez moi et disponible. 

Elle m’a remerciée de ma réponse et m’a demandé de lire son message qui était très long. J’ai ouvert son e-mail dans lequel elle me disait : ‘Ça reste entre nous, je ne suis pas prête à en parler pour le moment. J'ai un cancer et je ne suis pas loin de mourir. Je suis à l'hôpital, je ne peux pas t’appeler au téléphone. Je ne te demande qu'une chose : peux-tu aller m'acheter deux cartes à 172 euros au bureau de tabac.’ 

" Ces gens-là jouent avec la santé des autres "...


Lire la suite sur Europe1