La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • EUR/USD

    1,0212
    +0,0018 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    22 600,80
    -1 005,15 (-4,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,92
    -21,43 (-3,84 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     

François Gabart devant le tribunal de justice de Paris pour le litige sur son trimaran

Le trimaran «SVR-Lazartigue» lors de la Transat Jacques-Vabre, en novembre dernier. (S. Boué/L'Équipe)

La conformité de son trimaran toujours remise en cause par ses adversaires, François Gabart et son armateur, s'en remettent ce jeudi après-midi à la justice civile pour espérer participer à la Route du Rhum début novembre.

On a connu des marins pas d'accord, qui se départageaient à la bière et aux mots dans un rade portuaire et le jour levé, on n'y revenait plus. C'est dans une toute autre ambiance, bois clair, lumières tamisées, celle du tout moderne tribunal de Paris, que pourrait se régler ce jeudi après-midi le différent très exacerbé, via leurs armateurs, entre François Gabart (Lazartigue) et ses meilleurs adversaires, en tête de proue, Thomas Coville (Sodebo), Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) et Charles Caudrelier (Gitana) réunis au sein de la Classe Ultime.

À la barre pourrait se jouer la participation à la Route du Rhum (départ le 6 novembre) de Gabart dont le trimaran bleu à quinze millions d'euros est estimé par certains comme non-conforme au règlement. « Le Rhum n'aurait pas la même saveur s'il (François) n'est pas là, admet Charles Caudrelier, formé à la marine marchande. Il aurait aussi un goût amer s'il gagnait. » Bref, quel que soit la porte de sas que pourrait offrir la justice, les dégâts médiatiques et personnels sont irrémédiables dans un sport qui gonfle ses voiles avec ses valeurs.

L'indépendance de deux experts remise en cause
Depuis un an, et les doutes levés par Thomas Coville autour de l'antédiluvienne règle 3-11 qui institue que les winchs (qui servent à enrouler les cordages) ne peuvent pas être positionnés sous le pont, les rapports sont tendus comme des cordages sous tempête. Dans un sport qui n'est pas régi par une véritable autorité identifiée, reste à savoir qui va in fine trancher la controverse de Concarneau et définir si le cockpit futuriste dessiné par Gabart et ses archis doit être considéré comme intégré au plan de pont.

lire aussi
François Gabart pourra-t-il participer à la Route du Rhum ?

La Fédération et l'organisateur ont hissé le pavillon neutre. Un collège d'experts avait tranché en la validité ; la classe Ultime, une sorte d'entre-soi, l'a estimé consultatif. Un protocole de résolution du litige fut néanmoins conclu, s'accordant sur l'arbitrage du World Sailing, avec une date limite, le 4 mars, au-delà de laquelle une non-réponse vaudrait participation à la Route du Rhum. Le 23 février, sur son site World Sailing publiait un avis négatif. Le clan Gabart répliquait en signalant que la décision était basée sur des « schémas confidentiels et trafiqués ». L'avis était retiré le 24 février. Trois jours après la date butoir, le 7 mars, un nouvel avis négatif était en ligne, daté du 4. « Il est manifestement antidaté », prévient Maître Vitrich pour le clan Gabart (l'autre clan reste silencieux).

Un autre grief pourrait être mis en avance : l'indépendance des deux experts du World Sailing, en affaire, avec deux des armateurs, Gitana et Sodebo, des rapports qualifiés « de conflits d'intérêts, à tout le moins de contacts intéressés ». Le conseil de Gabart a donc choisi d'attaquer sur la forme. Le tribunal l'écoutera ce jeudi et rendra sa décision en juillet. Avant appels éventuels...

lire aussi
Gabart engagé sur son nouveau bateau lors de la Drheam-Cup mi-juillet

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles