La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 852,30
    -236,51 (-1,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

François Bayrou se la joue comme Biden en vue de la présidentielle 2027

Ludovic Marin/AP/SIPA

EDITO - À l’offensive contre "le passage en force" sur les retraites, le leader centriste vise au-delà: la présidentielle 2027! Et convoque même l'image du président américain pour y prétendre.

"François…Biden"! Ou encore "Joe… Bayrou"? C’est ainsi que certains de ses proches surnomment, en souriant tout de même, le patron du Modem et haut-commissaire au plan, . Manière pour le Béarnais de rappeler la sienne de force, lui qui ne cesse de répéter à des interlocuteurs, parfois goguenards, qu’il faudra compter sur lui à la prochaine présidentielle! Que les ricaneurs ravalent leur morgue. En 2027, prend-il soin de souligner, il sera "moins âgé que Joe Biden quand celui-ci l’a emporté face à Donald Trump". Sur ce point, on ne peut que lui donner raison, puisqu’il compte 71 printemps et qu’il en aura 76 à la prochaine présidentielle, alors que le président américain a été élu à 78 automnes! On ne peut aussi que lui reconnaître une détermination quasi… juvénile quand il vous assure: "je ne renonce et ne renoncerai à rien". Surtout pas à l’élection reine; Et encore moins à ce en quoi il croit: une "démocratie centriste et centrale". D’ailleurs, François Bayrou-Biden vient de le prouver en réitérant avec détermination son opposition à

"On ne gouverne pas contre le peuple"! La leçon claque! Il ne s’agit pas d’un simple "désaccord de forme", comme il a été trop souvent seriné. Ni de susceptibilité déplacée. Il y a bien ici l’affirmation d’une conviction dirimante. Celui-là qui crie haut et fort "pas de ça, Emmanuel", défend en effet une idée de la réforme fondée sur le dialogue social dont il a été justement chargé par le Président qui l’a nommé à la tête du CNR, . Cette nomination-là signait un engagement fondamental, et réitéré par le chef d’Etat réélu, à gouverner désormais en concertation et dialogue, ce qui excluait justement tout passage en force! Et si la mise en garde n’était pas entendue, François Bayrou a clairement laissé poindre qu’il ne pourrait conserver cette censée nous arracher à l’archaïsme franco-français de la gouvernance archéo-autoritaire. Le président du Modem veut ainsi engager le pays à entrer dans… la modernité. Prendre le temps salvateur [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi