La bourse est fermée

Française des Jeux (FDJ) sera plombée par le coronavirus en 2020

La Française des Jeux lance un avertissement sur ses résultats. Entré en Bourse en novembre 2019, le géant tricolore des jeux prévient que l'épidémie de coronavirus pèsera "significativement" son exercice 2020. Le groupe anticipe une perte de chiffre d'affaires annuelle de 120 millions d'euros sur les paris sportifs, en raison des annulations de compétitions dues à la pandémie et du confinement décidé pour stopper la pandémie, qui réduisent la fréquentation de ses points de vente, précise un communiqué.

De son côté le résultat d'exploitation (Ebitda) devrait fondre de "l'ordre de 50 millions d'euros, ceci hors report éventuel des compétitions annulées et hors nouvelles économies", toujours dans l'activité "paris sportifs" qui représente 20% de l'activité du groupe, poursuit-il. Car bien que "près de 80% des points de vente", distribution de presse et bureaux de tabac, de la FDJ soient "autorisés à recevoir du public, ces dispositions auront des conséquences sur l'activité du groupe qu'il est, à date, difficile d'évaluer précisément".

>> A lire aussi - Française des jeux : l'Etat triplement gagnant

Quant à la loterie, qui génère 80% de l'activité, elle va pâtir de la suspension du jeu "Amigo", décidée "pour éviter le stationnement devant les écrans en point de vente". Son impact sur un mois "peut être estimé à environ 17 millions d'euros sur le chiffre d'affaires et à près de 10 millions d'euros sur le résultat d'exploitation", dit la FDJ, qui indique avoir lancé un "plan d'actions global et significatif pour limiter l'impact de la baisse d'activité sur la rentabilité du groupe".

>> A lire aussi - Fallait-il oui ou non privatiser la FDJ ?

Dans la loterie, une baisse des mises - hors jeu "Amigo" - de l'ordre de 50% aurait "un impact mensuel sur le chiffre d'affaires proche de 55 millions d'euros, et sur l'Ebitda de l'ordre de 17 millions d'euros, explique la FDJ à titre d'exemple.

>> Notre service - Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"Faire du bio, c'est bien... encore faut-il le vendre"
Coronavirus : la France dépasse les 10.000 cas mais n'a toujours pas atteint le pic de l'épidémie
L’Allemagne en passe de dégainer le bazooka pour secourir l’économie ?
Canal + en clair : le CSA exige l’arrêt de l’offre
Le coronavirus est un défi peut-être aussi grand que la crise de 1929, alerte le Medef