La bourse ferme dans 6 h 28 min

Française des Jeux : un analyste conseille de ne pas acheter l'action

L’organisateur du loto va rejoindre la Bourse dans les jours qui viennent. L’opération a été lancée le 7 novembre dernier et elle sera close le 20 novembre pour une première cotation des actions Française des Jeux (FDJ) prévue le lendemain à 9h30.

Cette privatisation est déjà un succès populaire avec «plus de 600 millions d'euros» souscrits par des particuliers six jours après son lancement selon une annonce du ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, reprise par l'AFP.  

À l'occasion de cette introduction en Bourse, l’État va vendre environ 50% de l’entreprise pour un montant de 1,6 à 2 milliards d’euros. Cette somme dépendra en grande partie du prix qui sera fixé pour les actions FDJ.

On le sait déjà, il sera compris dans une fourchette allant de 16,50 à 19,90 euros (16,17 à 19,50 euros pour les particuliers qui bénéficieront d’une décote de 2%).

Les atouts et les faiblesses de la FDJ

Or ce prix est jugé trop élevé par Virendra Chauhan du bureau d’analyse indépendant Alphavalue. Selon ses estimations, il aurait dû être fixé à 13 euros. Comment parvient-il à ce chiffre ?

L’analyste ne nie pas les atouts de la Française des Jeux : fort de sa situation de monopole sur la loterie et les jeux de grattage, le groupe devrait être en mesure de verser un dividende attrayant, tout en affichant une hausse régulière de ses revenus.

En position de faiblesse sur des marchés d'avenir

Le prix payé par la FDJ pour s’assurer une situation de monopole jusqu'en 2044 – 380 millions d’euros -  est en outre considéré comme particulièrement faible par Alphavalue, qui estime qu’il aurait dû être d’au moins 1,1 milliard d’euros. Un «cadeau» offert pour des raisons politiques, juge le bureau d’analyse.

Mais plusieurs éléments font tiquer Virendra Chauhan :

-  la FDJ affiche un retard important ...