Marchés français ouverture 1 h 5 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 539,11
    -561,27 (-1,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 652,81
    -482,92 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    45 880,52
    -369,40 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 266,64
    +32,22 (+2,61 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

Les Français partent beaucoup moins en vacances

·2 min de lecture

La proportion de Français partis en vacances a baissé de 8 points en 2020, avec un budget en recul de 30% pour le principal séjour.

La proportion de Français partis en vacances a baissé de 8 points en 2020, avec un budget en recul de 30% pour le principal séjour, mais le besoin de partir est resté "vital", selon le 19e baromètre Opodo-Raffour publié ce jeudi. L'an dernier, le taux de départ global des Français en séjours de loisirs s'est établi à 60% - contre 68% en 2019 - pour un total estimé à 32,7 millions de Français partis. "Le tourisme de loisir a tiré son épingle du jeu, les Français ont voulu sauver l'année et se sauver eux-même du point de vue du moral", a déclaré à l'AFP Guy Raffour, président du cabinet spécialisé Raffour Interactif.

Partir a toujours été un "besoin vital" pour les Français, sous couvert de leur disponibilités financières, selon le baromètre. Le budget consacré à leur principal séjour de vacances de 2020 - les vacances d'été - a subi une baisse de près de 30% due à la fois à la consommation empêchée (restaurants, bars, loisirs...), à la destination essentiellement en France métropolitaine (moindre coût du déplacement) et à un contenu plus "essentiel", plus économe. Ce budget est de 1.530 euros en moyenne pour un foyer, à comparer à 2.190 euros en 2019.

90% des Français sont partis en France métropolitaine


Pour la destination, sans surprise, 90% des Français sont partis en France métropolitaine (81% en 2019) et 81% ont préparé leur séjour en ligne. Logique, vu la pandémie et les difficultés à franchir les frontières. Un budget diminué, une configuration des logements différente, beaucoup plus de proximité, des choix souvent à la dernière minute et improvisés, des destinations sur le territoire national..."Il y a eu beaucoup de changements" en 2020, selon Guy Raffour dont celui du télétravail qui a créé "des séjours hybrides", entre travail et loisirs. Quelque 33% des vacanciers sont partis en court séjour avec hébergement payant, 33% en long séjour (au moins 4 nuits) avec hébergement payant, et 30% en long séjour avec hébergement dans la famille, en résidence second[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi