La bourse ferme dans 5 h 46 min
  • CAC 40

    6 270,52
    -88,22 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 659,94
    -48,45 (-1,31 %)
     
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0710
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 856,90
    +9,10 (+0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    27 341,93
    -1 252,92 (-4,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,06
    -20,81 (-3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,94
    -0,35 (-0,32 %)
     
  • DAX

    14 023,11
    -152,29 (-1,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 479,33
    -34,11 (-0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 748,14
    -253,38 (-0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 112,10
    -357,96 (-1,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2493
    -0,0095 (-0,76 %)
     

Les Français appelés à un vote historique entre deux projets radicalement opposés

·2 min de lecture

Les Français sont appelés, dimanche 24 avril au second tour de la présidentielle, à départager deux projets et deux visions du monde que tout oppose. Comme en 2017, Emmanuel Macron part favori face à Marine Le Pen. Mais cette fois un séisme n'est pas à exclure.

Est-ce le scrutin le plus décisif de la Ve République? Au vu des derniers sondages, le président sortant, donné vainqueur dans une fourchette de 55,5 à 57,5%, est bien parti pour prolonger de cinq ans son bail à l'Elysée. Ce serait un exploit politique encore jamais réalisé, hors cohabitation, depuis l'adoption du en 1962. Mais si la France -et le monde- retient son souffle, c'est parce que l'enjeu colossal, inhérent à tout scrutin présidentiel, est encore exacerbé par la possibilité de voir l'extrême droite prendre le pouvoir. Et diriger une puissance mondiale, membre du conseil de sécurité de l'ONU, dotée de l'arme nucléaire.

Le résultat est scruté de près à l'étranger, où l'on guette avec angoisse une réplique des séismes populistes du Brexit et de l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis. Les dirigeants allemand, espagnol et portugais ont appelé jeudi à choisir le "candidat démocrate". A Bruxelles et dans de nombreuses chancelleries, on est d'ores et déjà consterné de voir l'extrême droite, en comptant aussi Eric Zemmour, .

Emmanuel Macron avait promis, lors de son discours du Louvre en 2017, de "tout" faire pour que les électeurs "n'aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes". Non seulement il a échoué mais le front républicain a perdu de sa vigueur. Malgré les tribunes et les appels du spectre politique traditionnel à faire barrage à l'extrême droite. Malgré les efforts de la macronie pour rediaboliser "la dame aux chats", qui a axé sa campagne sur le pouvoir d'achat plutôt que sur l'immigration ou l'insécurité.*

"Rien n'est joué"

Sacralisé il y a vingt ans face à Jean-Marie Le Pen, patriarche de l'extrême droite française, le front républicain est aujourd'hui concurrencé par un autre front, le "tout sauf Macron". Ecueil récurrent pour tous les sortants, il fonctionne particulièrement bien pour Emmanuel Macron, après un quinquennat émaillé de crises, des "gilets jaunes" au Covid-19. Selon une enquête du Cevipof, 38% des électeurs de Marine Le Pen la[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles