La bourse ferme dans 3 h 4 min
  • CAC 40

    6 338,93
    -23,75 (-0,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 680,86
    -22,56 (-0,61 %)
     
  • Dow Jones

    32 196,66
    +466,36 (+1,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,0428
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 799,70
    -8,50 (-0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    28 482,27
    -896,23 (-3,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    665,21
    -15,90 (-2,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,42
    -1,07 (-0,97 %)
     
  • DAX

    13 930,97
    -96,96 (-0,69 %)
     
  • FTSE 100

    7 418,50
    +0,35 (+0,00 %)
     
  • Nasdaq

    11 805,00
    +434,00 (+3,82 %)
     
  • S&P 500

    4 023,89
    +93,81 (+2,39 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • GBP/USD

    1,2256
    -0,0006 (-0,05 %)
     

Ce Français de 28 ans a discrètement fondé une "licorne" américaine pesant 5 milliards

Alex Bouaziz dirige à 28 ans une des licornes de la Silicon Valley. Pour "abolir les frontières de l'emploi", il a créé une plateforme de portage salarial permettant aux entreprises d'embaucher partout dans le monde en respectant le droit du travail. Deel est valorisé 5,5 milliards de dollars aux Etats-Unis.

Sous le feu des projecteurs, – dorénavant au nombre de 26 – éclipsent la réussite des entrepreneurs français ayant créé leur entreprise à l’étranger. Prenez Alex Bouaziz: à seulement 28 ans, le fondateur de Deel dirige une plateforme de portage salarial valorisée 5,5 milliards de dollars. Il rejoint le club très fermé des Français ayant construit des champions aux Etats-Unis, où figurent des personnalités comme , ou .

Un surdoué, bachelier à 16 ans, ingénieur à 20 ans

La trajectoire de ce jeune entrepreneur est celle d’une météorite. Alex Bouaziz déroule son CV avec toutefois beaucoup de simplicité. Le jeune homme a grandi dans le 13eme arrondissement de Paris. Bac à 16 ans, diplôme d’ingénieur à 20 ans (obtenu au Technion Israel Institute of Technology), master d’environnement au MIT: il est précoce. Il n’a que 21 ans lorsqu’il entre au prestigieux Imperial College de Londres pour y entreprendre une thèse sur l’ingénierie de l’eau. "Là, j’ai compris que j’allais passer trois ou quatre ans dans un laboratoire", raconte-t-il. Il décide d’abandonner la recherche et de suivre les traces de son père, .

En 2016, il retourne donc en Israël, sa deuxième patrie, pour y créer une première entreprise. "J’aimais bien les crypto. J’ai lancé un des premiers petits jeux de NFT", raconte-t-il. Cette première expérience le confronte à un problème très concret: la difficulté d’obtenir un visa pour les développeurs étrangers, souvent contraints de retourner dans leur pays d’origine. De là provient l’idée ayant donné naissance à Deel: un outil technologique qui permettrait à une entreprise de débusquer les meilleurs talents, où qu’ils se trouvent dans le monde.

Un projet incubé au Y Combinator

Avec sa cofondatrice chinoise Shuo Wang, il mûrit son projet au , l’incubateur ayant couvé entre autres Airbnb, Dropbox, Stripe, Reddit... Officiellement lancée en mai 2019, la plateforme Deel permet à des employeurs de croître et d’embaucher des talents sans se préoccuper des contraintes ad[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles