Marchés français ouverture 7 h 6 min

Frais bancaires : les banques qui abusent... et celles qui restent raisonnables

Ils repartent à la hausse. Les frais bancaires coûteront plus cher aux Français en 2020, selon une étude du comparateur Panorabanques et que Capital publie en avant-première ce 7 janvier. Après un gel des tarifs qui avait finalement amené à une diminution moyenne de 1% en 2019, 2020 verra le panier moyen s'établir à 215,5 euros, soit une petite augmentation de 0,2%. Une somme qui se décompose en trois parties relativement égales : le prix de la carte bancaire, les frais de découvert ainsi que l’ensemble des autres dépenses (frais de tenue de compte, virements, frais à l’étranger etc).

Le prix des cartes bancaires n’a que très peu augmenté (+ 0,2% à 61,6 euros). C’est bien vers les opérations en agence qu’il faut se diriger pour observer des hausses plus conséquentes. “Les virements occasionnels en agence augmentent de 3,8%, passant ainsi de 3,95 à 4,10 euros par virement” analyse Panorabanques. Et certaines enseignes ont eu la main lourde comme le Crédit agricole Lorraine (+ 40%, passant de 5 à 7 euros), la Caisse d’épargne Hauts de France (+ 33% passant de 3,75 à 5 euros) ou encore BNP Paribas (+ 28%, de 3,9 à 5 euros). L’envoi du chéquier en recommandé augmente en moyenne de 5% avec là aussi des pointes à 40% comme chez le Crédit agricole Lorraine ou à 16% chez la Société générale. Même les frais à l’étranger augmentent davantage que la moyenne, et 46 banques ont réhaussé le prix de cette ligne tarifaire contre seulement 6 qui la baissent.

>> A lire aussi - Après Fortuneo, Boursorama supprime aussi les frais bancaires à l’étranger

Autre poste de dépense important : les frais de dépassement de découvert dont l’inflation s’est avéré supérieure - 0,3% - que la moyenne de 0,2%. “Beaucoup de banques se sont progressivement alignées (à la hausse) sur le plafond de 8 euros par opération réalisées au delà du découvert”, analyse Laure Prenat, directrice générale de Panorabanques. Rares sont celles à avoir fixé un prix inférieur au plafond. Seul le Crédit coopératif a revu à la

(...) Cliquez ici pour voir la suite

TGV, métro, aéroport… les méga-projets très coûteux (et controversés) du Royaume-Uni
Réforme des retraites : une conférence de financement pour quoi faire ?
Champagne pour Vincent Bolloré : Vivendi va récupérer plus de 200 millions d’euros du fisc
Diesel : 200 investisseurs réclament un montant colossal à Daimler
Delphine Ernotte veut prolonger son mandat à la tête de France Télévisions