La bourse ferme dans 18 min
  • CAC 40

    6 216,84
    +51,73 (+0,84 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 976,86
    +36,40 (+0,92 %)
     
  • Dow Jones

    34 030,26
    +208,96 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 790,20
    +11,80 (+0,66 %)
     
  • BTC-EUR

    46 763,91
    -387,22 (-0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 295,55
    +32,59 (+2,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,21
    -0,46 (-0,73 %)
     
  • DAX

    15 189,12
    +59,61 (+0,39 %)
     
  • FTSE 100

    6 908,90
    +49,03 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 835,13
    +48,86 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 154,34
    +19,40 (+0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3935
    -0,0002 (-0,01 %)
     

La fréquentation des sites de garde d'enfants explose

·1 min de lecture

Alors qu'à partir du 5 avril, les écoles ferment leurs portes pour trois semaines, l'heure est au casse-tête pour les parents qui cherchent par tous les moyens à faire garder leur progéniture. Conséquence : les plateformes proposant les services de baby-sitters sont prises d'assaut depuis l'annonce d'Emmanuel Macron, le 31 mars dernier. Comme le rapporte BFMTV, le site spécialisé Yoopies a enregistré une forte hausse des recherches, dès que la rumeur d'une fermeture des établissements scolaires a pointé le bout de son nez. Un pic de 120% a même été observé le soir même de l'allocution présidentielle.

Un constat également observé par la plateforme Babychou Services, avec +500% d'affluence entre mercredi et jeudi, par rapport à l'année dernière à la même période. "Et ce, alors que le chiffre de 2020 était élevé, car nous étions déjà confinés", précise à BFMTV le réseau d'agences spécialisé dans la garde d'enfants.

>> A lire aussi - Ecoles fermées : les arrêts de travail que vous pouvez obtenir en tant que parents

Si les parents souhaitent par tous les moyens faire garder leurs enfants pendant ces trois semaines, c'est pour pouvoir continuer à travailler et ne pas devoir se mettre en chômage partiel. D'autant que certaines entreprises ont pris l'initiative de rembourser une partie de ces frais de garde à leurs salariés. "Les entreprises se rendent compte que financer de la garde d'enfants pour leurs collaborateurs participe à la performance. Les demandes ont été multipliées par trois (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pour se venger de son employé démissionnaire, un patron le paie en pièces d'un centime
Air France : Bruno Le Maire annonce un accord avec la Commission européenne sur un "nouveau soutien financier"
Facebook : les données de 500 millions d'utilisateurs mises en ligne
L'argent profitera du boom de la voiture électrique et de l'énergie solaire
Le poisson d'avril de Deliveroo n'a pas vraiment fait rire