La bourse ferme dans 4 h 27 min
  • CAC 40

    6 675,85
    +2,75 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 164,18
    +12,78 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1665
    +0,0046 (+0,40 %)
     
  • Gold future

    1 778,50
    +12,80 (+0,72 %)
     
  • BTC-EUR

    53 350,49
    +415,97 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 451,84
    +0,20 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,49
    +1,05 (+1,27 %)
     
  • DAX

    15 500,07
    +25,60 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    7 210,21
    +6,38 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • HANG SENG

    25 787,21
    +377,46 (+1,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,3828
    +0,0101 (+0,74 %)
     

Frégates en Grèce: l'incroyable rebond de Naval Group

·2 min de lecture

En visite à Paris, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a confirmé la commande de trois frégates FDI. Un rebond bienvenu pour Naval Group deux semaines après l'humiliation australienne, mais aussi le symbole d'une alliance renforcée entre Paris et Athènes.

Il aura fallu treize jours. Treize jours pour digérer, ou du moins essayer, l'incroyable gifle des sous-marins australiens, se remobiliser, et décrocher le contrat qu'il ne fallait pas perdre en Grèce. Comme annoncé par la presse grecque ce week-end , le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a confirmé mardi 28 septembre, à l'issue d'un entretien avec Emmanuel Macron, la commande de trois frégates Belharra, la version export des . L'accord, un des plus importants dans le naval de défense depuis des années, prévoit également une Belharra et une Gowind en option. Le Premier ministre grec a profité de sa visite à Paris pour confirmer également la commande de 6 chasseurs Rafale supplémentaires, ce qui porte la commande totale à 24 exemplaires de l'avion de Dassault. La commande de trois corvettes Gowind, qui était également dans les tuyaux, n'a pas été évoquée.

Pour Naval Group, cette commande, estimée à 3 milliards d'euros et encore à traduire en contrat ferme avant la fin de l'année, est bien mieux qu'un lot de consolation. Sur la compétition hellénique, le groupe français était opposé à la fine fleur de la concurrence internationale : l'américain Lockheed Martin, son principal rival, largement soutenu par l'administration Biden ; l'italien Fincantieri, pourtant allié de Naval Group au sein de la coentreprise Naviris, embryon d'Airbus du naval ; le néerlandais Damen ; mais aussi l'allemand TKMS, le britannique Babcock et l'espagnol Navantia. Pour l'emporter face à une dernière offre américaine ultra-agressive (quatre frégates LCS, plus un ou plusieurs croiseurs Ticonderoga en solution intérimaire), le camp français a dû dégainer une proposition bien plus ambitieuse que les précédentes : d'abord, en promettant que deux des trois frégates Belharra seraient livrées dès 2025, soit bien avant la concurrence ; ensuite en proposant de fournir trois corvettes Gowind, des bâtiments plus petits (2.700 tonnes) mais déjà bien armés (missiles VL Mica NG de MBDA).

Bol d'oxygène[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles