Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    41 156,76
    +202,28 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    18 040,91
    -468,43 (-2,53 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -177,39 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0933
    +0,0030 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 195,98
    -407,11 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 346,34
    +4,01 (+0,30 %)
     
  • S&P 500

    5 598,10
    -69,10 (-1,22 %)
     

La fourmi de feu arrive en Europe, et c’est une catastrophe pour l’environnement

Cet insecte est l’une des espèces les plus invasives au monde. Elle est désormais installée en Europe, d’après une étude publiée ce lundi.

Image de profil d’une Solenopsis invicta
AntWeb.org

ENVIRONNEMENT - C’est l’une des pires espèces exotiques envahissantes. La Solenopsis invicta ou plus communément appelée « Fourmi de feu » est bel et bien installée en Europe comme le souligne une étude publiée, lundi 11 septembre, dans la revue scientifique Current Biology. Une nouvelle qui arrive seulement une semaine après la publication du rapport de l’IPBES sur les espèces invasives et leurs dangers. Jusqu’à maintenant, l’Europe avait été épargnée par cette espèce de fourmi, et son arrivée n’annonce rien de bon pour la biodiversité.

Qu’est-ce que cette espèce de fourmi a de particulier ?

Les fourmis de feu sont originaires d’Amérique du Sud, mais elles se sont répandues en Australie, en Chine, dans les Caraïbes et aux États-Unis. D’ailleurs, celles retrouvées en Sicile par les chercheurs de l’étude viennent des États-Unis, de Chine et de Taïwan, d’après les tests ADN effectués. Comment sont-elles arrivées en Europe ? Si les chercheurs n’en sont pas certains, il est très probable que ce soit grâce au transport maritime.

PUBLICITÉ

Ce qui fait la particularité de cette fourmi, c’est sa piqûre douloureuse. « Elles sont réputées pour posséder l’un des venins les plus irritants au monde », précise un article de National Geographic. Si elle n’est pas dangereuse en soi pour l’Homme, elle peut tout de même provoquer des chocs anaphylactiques.

Mais c’est surtout du côté de nos écosystèmes et de l’agriculture qu’il faut s’inquiéter. En effet, la fourmi de feu est un prédateur et « dans les endroits où il s’installe, il provoque une diminution de la diversité des invertébrés et des petits vertébrés », explique à la chaîne de télévision italienne Rai, Mattia Menchetti, coauteur de l’étude. « Grâce au venin contenu dans leur dard et aux colonies pouvant atteindre des centaines de milliers d’individus, ces fourmis peuvent impacter les animaux jeunes, faibles ou malades », précise-t-il. Aux États-Unis, les dommages qu’elles causent dans le secteur de l’agriculture et les efforts déployés pour les contrôler coûtent 6 milliards de dollars par an.

Comment s’en débarrasser ?

Les chercheurs de l’étude ont identifié 88 nids de fourmis de feu dans la province de Syracuse en Sicile. Si à première vue ça ne semble pas être énorme, les projections des chercheurs sont plus inquiétantes. Celles-ci indiquent que 7 % du continent européen serait propice à leur installation, et particulièrement les villes européennes puisque la moitié d’entre elles sont concernées. Pire encore, ces chiffres pourraient augmenter avec le changement climatique.

La solution serait donc de réussir à éradiquer les fourmis de feu avant qu’il ne soit trop tard. Si la Sicile a déjà pris des mesures, la lutte risque d’être compliquée. La Solenopsis invicta est la cinquième espèce invasive en termes de dommages économiques causés dans le monde d’après une étude de Nature et jusqu’à maintenant, seule la Nouvelle-Zélande a réussi à totalement éradiquer les fourmis de feu. L’Australie, qui a déjà investi des millions de dollars dans l’opération, continue de lutter contre cette invasion qui s’est étendue sur 600 000 hectares.

VIDÉO - Des fourmis intelligentes forment un pont pour se déplacer