Marchés français ouverture 8 h 15 min
  • Dow Jones

    33 597,92
    +1,58 (+0,00 %)
     
  • Nasdaq

    10 958,55
    -56,34 (-0,51 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,0516
    +0,0047 (+0,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • BTC-EUR

    16 042,66
    -326,16 (-1,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    394,86
    -7,18 (-1,79 %)
     
  • S&P 500

    3 933,92
    -7,34 (-0,19 %)
     

La forte dette de l'équipementier Forvia plombe les investisseurs

GONZALO FUENTES

Forvia, l'équipementier auto né du rachat de Hella début 2022 par Faurecia a tenu une journée pour les investisseurs ce jeudi 3 novembre. Sans parvenir à convaincre, à cause d'une forte dette.

Le cours chutait de presque 9% en début d’après-midi, ce jeudi 3 novembre. Forvia a décidé qu'aucun dividende ne serait versé en 2023 au titre de l'exercice 2022. Ce qui n’a pas plu aux investisseurs. Les dirigeants n’ont visiblement pas réussi à convaincre totalement les analystes, lors de l’Investor Day du septième équipementier auto mondial. Ce que les analystes n’ont pas aimé non plus, c’est la révision à la baisse des objectifs 2025. Mais, au-delà de ces annonces, il y a un vrai problème structurel, puisque le cours a chuté de... 70% depuis le début de l’année!

Le groupe né du rachat de Hella début 2022 par Faurecia, ex-filiale de PSA, pâtit en effet d’une forte dette. Certes, Patrick Koller compte réduire sa "dette nette de 8,4 milliards d’euros à 6 milliards en 2025". Le directeur général de Forvia estime que cela représenterait un ratio dette nette-marge opérationnelle ajusté inférieur à 1,5 (3,1 en juin dernier). Le groupe a souligné que son programme de cession d'un milliard d'euros d'ici à fin 2023 était d’ailleurs "bien engagé", et qu'"au moins une transaction additionnelle" serait annoncée d'ici la fin de l'année. Il n’empêche.

Hauts taux d'intérêt

L’opération Faurecia-Hella a été financée en grande partie par l’emprunt, "ce que les investisseurs n’apprécient guère en période de remontée des taux", souligne Gaetan Toulemonde, ex-analyste de la Deutsche Nank. Forvia "a vu son taux d’emprunt bondir sur les marchés financiers et ses obligations 2028, qui offraient 2,9% de rendement à maturité fin 2021, traitent actuellement à 9,5%", soulignait une note d’Octo Asset Management fin septembre. Alors qu’elle doit refinancer un "Bridge loan" contracté pour l’acquisition de Hella, l’équipementier a certes montré qu’il faisait fi des craintes des marchés. Il a ainsi "fait preuve d’un bel opportunisme et d’une mise à profit accrue des disparités internationales pour se financer en obtenant un prêt de 210 millions de dollars à horizon 2028 auprès de sept banques [...]

Lire la suite sur challenges.fr