La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 667,33
    -1 123,13 (-3,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2496
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Forte baisse du nombre de chômeurs, malgré l'incertitude économique

Après déjà un recul de 5,7% au dernier trimestre, le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) a enregistré en France (hors Mayotte) une nouvelle baisse de 5% au premier trimestre, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

Le nombre de chômeurs a continué de baisser fortement au premier trimestre 2022, avec 170.000 inscrits en moins en catégorie A à Pôle emploi, comme si le marché du travail restait pour l'instant insensible aux répercussions de la guerre en Ukraine.

, le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) a enregistré en France (hors Mayotte) une nouvelle baisse de 5% au premier trimestre, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

Sur un an, la baisse est de 15,7%, soit 600.000 chômeurs en moins à 3,193 millions. En métropole, le niveau est repassé sous cette barre symbolique des trois millions, une première depuis dix ans.

En incluant l'activité réduite (catégories B et C de Pôle emploi), la baisse est plus faible mais reste significative: -2,7% sur le trimestre et -8,2% sur un an à 5,533 millions. Une partie des demandeurs d'emploi en catégorie A ont probablement basculé vers les catégorie B (moins de 78 heures de travail, en hausse de 2,2% ce trimestre) et C (plus de 78 heures, stable).

Ces chiffres viennent confirmer les prévisions de Pôle emploi, publiées début avril, qui s'attend à "un niveau record" d'embauches en 2022. Il ne constatait alors pas d'impact de la guerre sur le niveau d'offres déposées.

"Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité continue de baisser fortement au premier trimestre. Notre objectif des cinq prochaines années est clair: cap sur le plein emploi!", a réagi sur twitter la ministre du Travail, Élisabeth Borne.

"Difficultés à recruter"

"C'est une bonne surprise car on pensait avoir mangé notre pain blanc l'année dernière avec la forte reprise post-covid et on aurait pu s'attendre à un marché du travail moins dynamique", a commenté auprès de l'AFP Mathieu Plane, directeur adjoint de l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques).

D'autant que le premier trimestre a été "marqué par des chocs négatifs sur l'activité avec la hausse des prix de l'énergie, les difficultés d'approvisionnement, la vague Omi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles