La bourse ferme dans 4 h 19 min
  • CAC 40

    7 103,18
    +37,79 (+0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 288,14
    +11,94 (+0,28 %)
     
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1277
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    1 786,70
    +2,00 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    43 588,59
    -2 247,62 (-4,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 278,02
    -43,26 (-3,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,62
    +0,57 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 819,13
    +5,19 (+0,03 %)
     
  • FTSE 100

    7 373,70
    +33,80 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3196
    -0,0045 (-0,34 %)
     

Formation professionnelle: la réforme qui a fait "pschitt" et celle qui marche

·2 min de lecture

TRIBUNE - Alors que la ministre du Travail, Elisabeth Borne, tire le 28 octobre le bilan de l'application mobile "Mon compte formation", lancée il y a deux ans, l'économiste Pierre Cahuc salue le succès de cette réforme qui a permis la validation de plus de deux millions de formations. En revanche, le dispositif d'aide à la reconversion professionnelle collectif est un flop.

C’est un enjeu crucial: accompagner les salariés qui perdent leur travail à cause du progrès technique. Pour répondre à cette épineuse problématique, les partenaires sociaux et le gouvernement ont lancé en grande pompe, en janvier dernier, le , "Transco". Son principe: permettre aux employeurs d’anticiper les mutations économiques de leur secteur et aux salariés d’être accompagnés pour se reconvertir de manière sereine en conservant leur contrat de travail. L’Etat prend en charge pendant deux ans 100% de la rémunération et du coût dune formation pour les TPE PME, 70% pour les entreprises de 100 à 300 salariés et 40% pour celles de plus de 1.000 employés. Pour un budget global conséquent: 500 millions d’euros.

Reconversion collective simplifiée

Las, dix mois après son démarrage, la mesure a fait "pschitt"… Seuls 71 dossiers ont été déposés, dont une quarantaine concernant des salariés de deux entreprises, Monoprix et Derichebourg. Il faut dire que le dispositif était un véritable parcours du combattant pour les entreprises. Pour candidater, il fallait conclure un accord de "gestion des emplois et des parcours professionnels" avec les représentants du personnel afin d’établir une liste d’emplois fragilisés, le transmettre à la direction régionale en charge de l’emploi et déposer un dossier à une commission paritaire interprofessionnelle régionale. Cette procédure, trop lourde, a sans doute découragé beaucoup d’entreprises.

Pour relancer le dispositif "Transco", le gouvernement a décidé en septembre de remplacer l’obligation de signer un accord par la consultation du Comité social et économique. Il l’a aussi ouvert au financement des reconversions dans le cadre des . C’est une bonne nouvelle. Mais il est vraisemblable que ce type de dispositif, qui repose sur le principe selon lequel les employeurs et les représentants du personnel peuvent prévoir d’un commun accord les besoins en main-d’œuvre sur un horizon de plusieurs mois, voire de plusieurs années, ne peut jouer [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles