Publicité
Marchés français ouverture 1 h 21 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 599,51
    +28,75 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0742
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 329,34
    -101,05 (-0,55 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 879,27
    -108,66 (-0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 390,03
    +52,27 (+3,91 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Football et gros sous : ce que des joueurs professionnels ghanéens nous ont dit sur la gestion de leurs finances

Les footballeurs font partie des sportifs les mieux payés dans la plupart des régions du monde.

La triste réalité, cependant, est que les expériences de retraite de nombreux anciens footballeurs professionnels ont été désastreuses. La presse sportive a rapporté des cas de footballeurs autrefois de fotballeurs riches qui ont fait faillite peu de temps après leur départ à la retraite. Au Ghana, les anciens joueurs des Black Stars Sammy Adjei, John Naawu, Joe Odoi, Prince Addu Poku et Amusa Gbadamoshie en sont des exemples notables.

Selon certains universitaires, cette situation regrettable s'explique en partie par le fait que le risque de tomber dans le vide professionnel est élevé. En effet, comme la plupart des sports, le football confère des compétences qui ne sont pas facilement transférables à des emplois non sportifs. L'offre d'emplois dans le football est également très limitée. Ainsi, la plupart des footballeurs gagnent un revenu très élevé pendant leur carrière active et sont confrontés à un degré élevé d'incertitude en termes de revenus au moment de la retraite.

Le mode de vie des footballeurs (pendant la période active et à la retraite) a également été mis en évidence par plusieurs rapports comme étant l'un des facteurs de la situation financière désastreuse dans laquelle certains footballeurs se sont retrouvés.

PUBLICITÉ

Là encore, des cas de footballeurs ayant adopté un comportement financier irresponsable ont été signalés. A titre d'exemples, il y a notamment les jeux de hasard, les dépenses somptuaires pour des marques de luxe, les fêtes somptueuses et, d'une manière générale, le maintien d'un style de vie coûteux et insoutenable. Un manque de connaissances financières a souvent été associé à ce type de comportement financier.

Je suis un professeur de comptabilité qui, avec d'autres, a mené une étude pour étudier le niveau de connaissances financières des footballeurs professionnels au Ghana et vérifier son impact sur leur comportement financier et leur bien-être financier.

Nous avons constaté de faibles niveaux d'éducation aux finances et un comportement financier médiocre chez les footballeurs. Les résultats suggèrent que pour promouvoir un comportement financier responsable chez les footballeurs, il est essentiel d'améliorer leurs connaissances financières. Nous avons trouvé un soutien très fort à l'argument selon lequel un comportement financier responsable, représenté dans cette étude par le comportement en matière d'épargne et d'investissement est essentiel pour atteindre le bien-être financier dans la vie.

La conception de l'étude

La culture financière a été décrite comme la capacité à utiliser les connaissances et les compétences nécessaires pour gérer efficacement ses ressources financières afin d'améliorer son bien-être à l'avenir.

Le comportement financier, quant à lui, peut être décrit comme la “capacité à réguler la planification, la budgétisation, la vérification, la gestion, le contrôle, la recherche et l'accumulation des fonds quotidiens”. Il couvre les habitudes de dépense et d'épargne, les habitudes d'emprunt, l'établissement d'un budget et l'accès aux produits financiers.

À l'aide de questionnaires, nous avons interrogé 300 footballeurs qui ont participé à l'édition 2020 de la Ghana Premier League.

Le questionnaire comportait deux sections : l'une sur les données démographiques des personnes interrogées, l'autre sur leurs connaissances financières, leurs comportements financiers et leur bien-être financier.

Actuellement, la Ghana Premier League compte 18 clubs enregistrés. Au moment de l'étude, ces clubs employaient 480 footballeurs inscrits. Par rapport aux clubs d'Europe, d'Angleterre, d'Asie et même de nombreuses autres régions d'Afrique, la valeur nette des clubs ghanéens est très faible. Les revenus des transferts internationaux - une source de financement importante pour la plupart des clubs ghanéens - ont été très faibles au fil des ans. Par exemple, la Fédération internationale de football association (FIFA), dans son rapport 2021 sur les transferts internationaux, a indiqué que les clubs de football ghanéens ont réalisé un bénéfice net de seulement 50 millions de dollars américains au cours de la dernière décennie.

Les finances des footballeurs

Notre étude a révélé que la population des footballeurs était en grande partie jeune. Près de 90 % d'entre eux avaient 30 ans ou moins, ce qui est similaire aux footballeurs d'autres pays. Cela est normal, car les footballeurs sont surtout actifs dans la force de l'âge. Près de 86 % des personnes interrogées avaient un certain niveau d'éducation, principalement jusqu'à la fin du secondaire. La majorité des personnes interrogées étaient mariées et près de 58 % d'entre elles avaient trois personnes à charge ou plus en dehors de leur famille nucléaire. Ainsi, la plupart des footballeurs étaient des soutiens de famille, même si 39 % d'entre eux ont déclaré vivre avec leurs parents ou des amis. En moyenne, ces footballeurs gagnaient 200 cedis ghanéens de revenu mensuel net (177 USD au moment de l'étude), ce qui, comparé à d'autres professionnels, est faible.

Dans l'ensemble, nous avons constaté que les footballeurs avaient un faible niveau d'éducation aux finances. Ils ont accordé une grande importance à la définition d'objectifs à long terme, mais leur intérêt pour la recherche de connaissances financières était très faible. Il n'est donc pas surprenant que la plupart des footballeurs semblent ne pas savoir où leur argent a été dépensé.

Nous avons constaté que les footballeurs n'avaient généralement pas un comportement financier responsable. Très peu d'entre eux s'intéressaient à des produits tels que les obligations, les actions, les fonds communs de placement et les polices d'assurance. En revanche, ils semblaient s'efforcer de comparer les prix lorsqu'ils achetaient un produit ou un service dans un magasin.

Il est intéressant de noter que les footballeurs sont optimistes quant à leur bien-être financier. La plupart des personnes interrogées sont confiantes dans leur capacité à répondre à leurs besoins financiers actuels, ont une vision très positive de leurs besoins financiers futurs et font des choix pour profiter de la vie. Le footballeur moyen espère toujours obtenir des contrats lucratifs à l'avenir.

De meilleures performances

Les efforts visant à améliorer le bien-être financier des footballeurs peuvent commencer par l'investissement dans des programmes de formation destinés à leur donner des connaissances financières. Ensuite, les clubs de football peuvent engager des coachs financiers pour fournir des conseils pratiques aux joueurs pendant leur période d'activité afin de les aider à façonner leur comportement financier.

Étant donné que le bien-être financier est étroitement associé au bien-être psychologique, de telles initiatives pourraient avoir un effet positif sur les performances des joueurs sur le terrain.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite: