La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 342,21
    -4 253,19 (-8,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Football : équiper les arbitres d'un micro, une idée qui fait son chemin

·1 min de lecture

Va-t-on bientôt pouvoir écouter les conversations sur les terrains de football ? La sonorisation des arbitres durant les matchs est de plus en plus évoquée et après l'assistance vidéo à l'arbitrage (la fameuse VAR), ce serait un nouveau bouleversement technologique. Et même si les instances internationales veulent prendre leur temps, la révolution est en marche. Les arbitres français y sont clairement favorables, à l’image de leurs dirigeants. "Nous sommes tous pour l'utilisation de ce son. La Fédération française de football irait dans le sens de l'Histoire", milite ainsi Laurent Duhamel, ancien arbitre désormais chargé du secteur professionnel à la Direction technique de l'arbitrage.

"On ne se mettrait pas trop en difficulté"

Il y a une dizaine d’années, une expérimentation sonore pour la télévision avait eu lieu lors d’un Marseille-Bordeaux resté célèbre. L'homme en noir s’appelait Stéphane Lannoy, aujourd’hui l’un des patrons de l’arbitrage français. Le week-end dernier, il a passé au crible les 10 matches de Ligue 1 et ne voit que des avantages à sonoriser ses équipes : "À aucun moment, un arbitre ne s’adresse mal à un joueur. Autant vous dire qu’on ne se mettrait pas trop en difficulté en ouvrant les micros en permanence", estime-t-il.

"Que les arbitres préconisent la transparence, cela démontre qu’ils sont toujours de bonne foi. C'est donc une bonne nouvelle", abonde Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais souvent aux prises avec les décisions arbitrale...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles