La bourse ferme dans 4 h 14 min
  • CAC 40

    6 706,32
    -69,93 (-1,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 057,68
    -51,83 (-1,26 %)
     
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1348
    +0,0055 (+0,49 %)
     
  • Gold future

    1 794,70
    +9,50 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    51 296,24
    +608,46 (+1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 478,29
    +49,36 (+3,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,13
    -1,82 (-2,60 %)
     
  • DAX

    15 079,22
    -201,64 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 053,46
    -56,49 (-0,79 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     
  • Nikkei 225

    27 821,76
    -462,16 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 475,26
    -376,98 (-1,58 %)
     
  • GBP/USD

    1,3335
    +0,0024 (+0,18 %)
     

Foot US - NFL - Où en est Joe Burrow par rapport aux anciens n°1 de la draft NFL ?

·4 min de lecture

Joe Burrow, le quarterback des Cincinnati Bengals, vit une belle saison NFL. Mais fait-il mieux que les derniers quarterbacks, qui ont, comme lui, été n°1 de la draft ? Cinq exemples pour répondre.

Andrew Luck (drafté en 2012 par Indianapolis)

Première saison NFL. Andrew Luck a la lourde responsabilité de succéder à Peyton Manning. La blessure de ce dernier a plombé les Colts en 2011 (deux victoires seulement). Luck s'en sort très bien, avec 4374 yards et 23 touchdowns. Il permet à Indianapolis de retrouver les play-offs et est élu au Pro Bowl (le All Star Game de la NFL).

À mi-parcours de la saison 2. En 2013, Luck est parti sur de bonnes bases. Il a lancé 13 passes de touchdown et n'a été intercepté qu'à trois reprises. Après huit matches, Indianapolis compte six victoires.

Autour de lui. Si les coureurs sont discrets, Andrew Luck peut compter sur le receveur T. Y. Hilton.

Fin de saison. Indianapolis termine premier de sa division et atteint les demi-finales de conférence. Luck a brillé avec 3822 yards, 23 TD's et seulement neuf interceptions, et a de nouveau été au Pro Bowl.

lire aussi
La saison 2021 de NFL

Jameis Winston (2015, Tampa Bay)

Première saison NFL. Winston arrive chez des Buccaneers, qui n'ont plus joué les play-offs depuis sept ans. Lui aussi réussit son entrée (4042 yards et 22 touchdowns), ce qui lui vaut d'aller au Pro Bowl. Mais il ne fait pas décoller Tampa Bay, qui ne gagne que six matches.

À mi-parcours de la saison 2. Jameis Winston a déjà dépassé la barre des 2000 yards en huit matches et passé pour 17 touchdowns. Mais Tampa Bay souffre, avec seulement trois victoires.

Autour de lui. Jacquizz Rodgers est irrégulier comme running back. En revanche, Winston a un super receveur avec Mike Evans.

Fin de saison. Winston finit encore au-dessus des 4000 yards, mais a moins lancé de TD's (11). Il a réussi à remettre Tampa Bay dans la course aux play-offs (9 victoires - 7 défaites), mais ceux-ci sont manqués de peu.

lire aussi
Les classements

Jared Goff (2016, LA Rams)

Première saison NFL. Goff arrive dans une équipe, qui vient d'enchaîner dix saisons avec un bilan négatif. Il n'est pas titulaire et regarde Case Keenum pendant neuf matches. Puis profite des stats décevantes de ce dernier pour enfin jouer, modestement (1089 yards, cinq TD's). Surtout Jared Goff ne remporte aucun match.

À mi-parcours de la saison 2. Un autre Goff est à l'oeuvre : 13 touchdowns contre quatre interceptions et LA inflige des raclées à Washington (46-9), Arizona (33-0) et aux NY Giants (51-17). Les Rams ne subissent que deux défaites en huit matches.

Autour de lui. Avec Todd Gurley (quatre matches à plus de 100 yards), les Rams ont un coureur efficace. Le même Gurley est également à l'aise en réception.

Fin de saison. Los Angeles réalise sa plus belle saison depuis près de 15 ans avec 12 victoires et une qualification pour les play-offs (élimination dès les barrages néanmoins). Avec 3804 yards et 28 touchdowns, Jared Goff reçoit une invitation méritée pour le Pro Bowl.

lire aussi
7e journée (1/2) : Tennessee et Cincinnati impressionnent

Baker Mayfield (2018, Cleveland)

Première saison NFL. Mayfield rejoint une équipe de Cleveland, qui vit un calvaire (quatre matches gagnés en trois ans). Dans cette formation qui part de loin, Mayfield s'en sort très bien : 3725 yards et 27 touchdowns. Et les Browns gagnent sept matches.

À mi-parcours de la saison 2. Cleveland et son quarterback ont du mal au démarrage. Ils n'ont gagné que deux matches au bout de huit journées, et Baker Mayfield a déjà concédé 12 interceptions.

Autour de lui. Au sol, Nick Chubb avale les yards et le receveur Odell Beckham, arrivé de New York, signe quelques bonnes performances.

Fin de saison. Cleveland finit mieux, avec un bilan de six victoires. Baker Mayfield a lancé presque autant d'interceptions (21) que de TD's (22).

lire aussi
7e journée (2/2) : Tampa Bay et Arizona s'imposent facilement

Kyler Murray (2019, Arizona)

Première saison NFL. Murray arrive chez les Cardinals, qui sortent d'une saison difficile (trois victoires). Il est lancé dans le grand bain, titulaire du début à la fin de la saison, avec réussite : 3722 et 20 touchdowns. Mais Arizona reste faible (cinq succès).

À mi-parcours de la saison 2. En 2020, Murray a flambé. À mi-saison, il totalisait déjà 2130 yards, 16 TD's et sept interceptions. Et il avait aussi une aisance au sol (543 yards, huit touchdowns). Les « Cards » pouvaient rêver des play-offs, avec déjà cinq victoires.

Autour de lui. Le coureur Kenyan Drake a livré quelques bons matches et, en réception, DeAndre Hopkins, déjà trois fois All Pro (élu dans l'équipe-type de la saison) dans sa carrière, plane.

Fin de saison. Arizona s'essouffle et finit avec autant de victoires que de défaites (huit) et ne joue pas les play-offs. Mais Murray vit une belle saison. Avec 3971 yards et 26 touchdowns, il file au Pro Bowl.

lire aussi
Toute l'actualité de la NFL

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles