La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 288,78
    +427,25 (+0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Foot - Comme Neymar, ces joueurs ont annoncé prématurément leur retraite internationale

·5 min de lecture

Comme Neymar, qui a annoncé que la Coupe du monde 2022 au Qatar serait, très certainement, sa dernière avec le Brésil, d'autres grands joueurs ont par le passé annoncé prématurément leur retraite en sélection. Certains sont revenus par la suite sur leur décision, mais pas tous. Bernd Schuster, un jeune papa poule Schuster a pris sa retraite internationale à seulement 23 ans. L'Histoire entre l'enfant terrible du football allemand et la Mannschaft avait pourtant bien démarré. En 1980, l'Allemagne de l'Ouest remporte l'Euro. Du haut de ses 20 ans, le jeune milieu est phénoménal, ce qui lui vaut notamment une place dans le onze type de la compétition. Sauf que, quelques années plus tard, Schuster décide d'arrêter la sélection, en 1984, sur un coup de tête, refusant un rassemblement avec l'équipe nationale pour assister à la naissance de son fils. Malgré une brillante carrière en club, et notamment un passage dans les trois grosses écuries espagnoles (le FC Barcelone, de 1980 à 1988, le Real Madrid, de 1988 à 1990 puis l'Atlético de Madrid, de 1990 à 1993), il ne reviendra jamais sur sa décision, et son compteur restera bloqué à 21 sélections. Après sa carrière, il en garde certains regrets : « C'est triste. Chaque fois que j'y repense, je me dis que j'ai fait une erreur ». Pendant ce temps, l'Allemagne de l'Ouest dispute deux finales de Coupe du monde, pour un titre, en 1990. lire aussi Neymar (Brésil) pense que la Coupe du monde 2022 au Qatar sera sa dernière Michael Laudrup, le mauvais sens du timing C'est un monument du football danois (104 sélections, 37 buts) et une légende du FC Barcelone, sous les ordres de Johan Cruyff. Entre 1990 et 1994, il fait partie des tous meilleurs joueurs du monde, en atteste le palmarès garni du club catalan pendant cette période, avec quatre Ligas glanées et une Ligue des champions en 1992, la même année que le titre de champion d'Europe de sa sélection. Une compétition à laquelle il ne participera pas. La faute à des différends tactiques avec le sélectionneur danois, Richard Moller. Éliminé initialement pour ce sacre européen, le meneur décide alors de mettre un terme à sa carrière internationale. Sauf que le Danemark va être repêché à la place de la Yougoslavie, alors en pleine guerre civile, et remporter quelques mois plus tard le tournoi, avec un autre Laudrup, son frère Brian, en chef de meute. Michael reviendra sur sa décision, mais sa chance de gagner un trophée avec son pays est passée. Une histoire de timing. Zinédine Zidane, pour une dernière danse Après avoir pris sa retraite internationale à l'issue de l'Euro 2004 achevé en quarts de finale et une défaite surprise contre la Grèce (1-0), Zizou décide d'arrêter son aventure avec les Bleus. Les titres mondiaux (1998) et continentaux (2000) ont laissé place aux échecs de la Coupe du monde 2002 et de l'été portugais. Mais Raymond Domenech, le remplaçant de Jacques Santini, à la tête des Bleus, parvient à lui faire changer d'avis un an (tout comme Claude Makélélé et Lilian Thuram), dans la quête d'une deuxième étoile mondiale, en Allemagne, en 2006. La suite, on la connaît. Malgré un tournoi mythique, Zizou mettra un terme à sa carrière lors de la triste finale berlinoise contre l'Italie, et une défaite aux tirs au but, après l'expulsion du numéro 10 au cours de la prolongation. Zlatan Ibrahimovic, ou l'art de savoir se faire désirer Le meilleur buteur de l'histoire de la sélection suédoise (62 buts en 118 sélections) aime se faire désirer. En 2008, Ibrahimovic est suspendu, lors d'un rassemblement, le temps d'une rencontre par son sélectionneur Lars Lagerbäck pour être sorti en boîte de nuit deux jours avant un match. Vexé, l'ex-attaquant parisien annonce sa retraite internationale, avant de revenir, quelques mois plus tard, pour l'Euro. Huit ans après, Ibra dit de nouveau stop, alors que les Bleus et Jaunes terminent bons derniers de leur groupe à l'Euro 2016. lire aussi 5 ans après sa retraite internationale, Zlatan Ibrahimovic est de retour en sélection avec la Suède Sans lui, la Suède se débrouille particulièrement bien, avec une qualification remarquée pour la Coupe du monde 2018 après avoir éliminé l'Italie en phase de barrages (1-0, puis 0-0 à Milan) et vécu une très jolie aventure en Russie, la menant jusqu'en quarts de finale (éliminée contre l'Angleterre, 2-0). Avec ces résultats, Zlatan ouvre la porte à un possible retour. La convocation de son sélectionneur Jan Olof Andersson, en mars dernier, lui permet de retrouver le maillot Bleu et Jaune, à presque 40 ans. Mais à cause de problèmes physiques récurrents, le géant suédois est contraint de déclarer forfait pour l'Euro 2020.

Lionel Messi, annoncer de partir pour mieux rester Messi et la sélection argentine, ça a souvent été compliqué. L'un des meilleurs joueurs de tous les temps aura pris du temps à lever la malédiction avec l'Albiceleste. En dehors de la médaille d'or aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2008, le natif de Rosario joue de malchance, malgré une génération talentueuse et une grosse production individuelle (79 buts en 153 sélections). Après la fessée en finale de la Copa America 2007 contre le Brésil (3-0) au Paraguay, Messi va vivre trois désillusions durant trois années consécutives, avec l'échec en finale du Mondial 2014 contre l'Allemagne (1-0, a.p), puis aux deux Copa 2015 et 2016, à chaque fois contre le Chili, aux tirs au but. En ce soir de 27 juin 2016, la Pulga manque son penalty et décide dans la foulée, à seulement 29 ans, de prendre sa retraite internationale, à chaud, frustré. Il boudera près de 16 mois, avant de revenir pour qualifier l'Argentine in extremis au Mondial 2018, puis repartir, après une nouvelle déconvenue, cette fois-ci contre les Bleus (4-3) en huitième de finale. Son second retour en mars 2019 le récompensera enfin d'un titre majeur avec la Copa America cet été, remportée au Brésil, contre la Seleçao de Neymar. lire aussi L'Argentine domine le Brésil en finale de la Copa America, Lionel Messi enfin sacré

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles