La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 319,48
    +1 579,77 (+3,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Foot: Les diffuseurs et annonceurs n'ont pas sauvé la Super Ligue, au contraire

·2 min de lecture

Si le projet de Super Ligue du football a déchaîné les passions, les annonceurs et diffuseurs ont, à quelques exceptions près, fait preuve d'une extrême résistance... passive.

La grande révolution des 12 grands clubs européens qui voulaient former . Le front uni des supporteurs, des fédérations nationales et européennes aura éteint le projet sécessionniste. Si les annonceurs ont été aux abonnés absents, seul Heineken est sorti du rang. Le partenaire de la Ligue des champions, qui aurait eu beaucoup à perdre de la Super Ligue, a communiqué sur les réseaux sociaux en chambrant le projet qui prenait alors l'eau: "Don't drink & start a league, Enjoy Heineken responsibly".

Lire aussi

Les principaux diffuseurs sportifs ont eux pris leur distance avec le projet. BT Sport, ou le diffuseur britannique Sky, ont affirmé qu'ils n'y participeraient pas. Alors que cette ligue fermée avait une forte connotation américaine, Amazon Prime Video a également condamné l'initiative. En réalité, l'hostilité unanime de tout l'écosystème européen du football à la Super Ligue a grandement facilité les prises de positions de diffuseurs, qui financent en grande partie le football grâce aux droits télé.

La position très tactique de beIN Sports

"Les partenaires actuels de la Ligue des champions ne pouvaient se tirer une balle dans le pied considère Arnaud Simon, ex-patron d'Eurosport France. Pour autant, j'imagine que certains diffuseurs avaient dû donner leur accord pour ce projet vu l'état d'avancement du ." La plateforme de streaming sportif DAZN, qui vient de décrocher les droits de la Série A, a dû démentir tout lien alors que le Corriere dello sport affirmait le contraire. La position de la chaîne quatarie beIN Sports a été plus tactique et silencieuse. Et pour cause: le PSG, avec le même propriétaire que beIN, a été associé aux discussions de Super Ligue, même s'il n'a pas souhaité y participer car beIN diffuse la Ligue des champions au Moyen-Orient. Aucun annonceur n'a officiellement soutenu le projet. "Même si les sponsors sont suiveurs, une marque ne veut pas être associé pour de la visibilité à une opération purement financière"[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi