Marchés français ouverture 2 h 56 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 977,81
    +529,80 (+1,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    27 983,89
    +265,22 (+0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    40 841,09
    -1 422,69 (-3,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 355,92
    -31,99 (-2,30 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Des fonds saoudiens expliqueraient l'absence du PSG au sein de la Super Ligue, selon un quotidien allemand

·1 min de lecture

À peine annoncé, le projet d'une Super Ligue réunissant 12 grands clubs du football européen s'est attiré les foudres aussi bien des supporteurs que des dirigeants de l'UEFA (Union des associations européennes de football), voire de personnalités politiques. Cette ligue fermée de clubs générant d'importants revenus — tout en étant très endettés et fragilisés par la crise — rappelle les enjeux économiques forts du monde du football aujourd'hui. Mais se cachent aussi derrière des enjeux géopolitiques.

Selon Süddeutsche Zeitung, l'un des plus grands quotidiens allemands, les milliards destinés à financer la Super Ligue ne provenaient pas de la banque new-yorkaise JP Morgan, ou tout au moins pas exclusivement. C'est un investissement initial de l'Arabie saoudite qui devait permettre le lancement de la compétition. Des fonds saoudiens expliqueraient ainsi en partie l'absence du Paris Saint-Germain parmi les 12 membres de cette ligue. Le club français est détenu par le Qatar, en conflit pendant trois ans et demi avec l'Arabie saoudite, qui est allé jusqu'à imposer un blocus commercial sur le pays avec ses alliés les Emirats arabes unis et le Bahreïn, plus tard rejoints par l'Égypte.

À lire aussi — La banque JPMorgan subit les foudres des fans de foot pour avoir soutenu la Super Ligue

Doha refusait de s'aligner sur le positionnement diplomatique anti-Iran et anti-Frères musulmans de ces États, qui sont allés jusqu'à l'accuser de soutenir le terrorisme. Dans ce contexte, et bien que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Union européenne attaque en justice AstraZeneca pour non-respect de ses engagements de livraisons
Un millionnaire en bitcoin effectue un don exceptionnel... pour faire interdire le bitcoin
'Hercule' abandonné, mais la réorganisation d'EDF toujours au programme
Les 15 pays qui respectent le moins la liberté de la presse selon RSF
Voici pourquoi la guerre contre les espions russes va coûter à Vladimir Poutine des milliards d'euros