La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 839,95
    +1 563,09 (+3,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Fonderie de Bretagne: la filière automobile française menacée de destruction

·2 min de lecture

La situation de la Fonderie de Bretagne rappelle le long feuilleton de la fermeture de l’usine mécanique Ford de Blanquefort (Gironde), qui a fermé pour cause de non rentabilité. La moitié des emplois de la filière automobile est menacée en France, sous le coup notamment de l'électrification massive.

Tout un symbole du déclin de l’industrie automobile tricolore traditionnelle! Blocage d’usine après menaces de fermeture ou de réduction d'emplois. rappelle le long feuilleton de la fermeture de (Gironde), qui, malgré les rodomontades martiales du gouvernement et les surenchères syndicales, a quand même fermé pour cause de non rentabilité! Les salariés (Morbihan), qui fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesses. Les sept membres de la direction de la Fonderie de Bretagne, séquestrés mardi, ont toutefois été libérés, indique la CGT.

Plan fin mai 2020

avec la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde (sur 179.000), dont 4.600 en France (sur 48.500). Outre la fermeture de la petite usine de recyclage de pièces de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) qui emploie 263 personnes, évoquait une "revue stratégique" du site breton (350 personnes aujourd’hui), datant de 1965. Celle-ci a conclu l’été dernier à la nécessité de diversifier les activités et de poursuivre la réduction de ses coûts. Les salariés demandent leur maintien au sein du groupe au losange, lequel a acté le 11 mars la mise en vente de l'usine, qui a perdu 145 millions d’euros sur cinq ans selon un proche du dossier.

Le gouvernement a annoncé lundi un fonds de 50 millions d'euros pour accompagner la reconversion des salariés du secteur automobile, dont les fonderies en grande difficulté! Un plan sans commune mesure avec les dramatiques enjeux. L’industrie automobile française s’achemine en effet vers une forte hémorragie supplémentaire des emplois. Avec l’électrification accélérée imposée par Bruxelles, plus de 100.000 nouveaux postes pourraient être supprimés sur quinze ans, soit plus de la moitié des effectifs de la filière, selon l’Observatoire de la métallurgie. Luca De Meo, directeur général de Renault, évoquait lors de le 23 avril des menaces portant sur "50.000 postes d’ici à 2030". La filière risque de "perdre de 15 [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi