La bourse ferme dans 5 h 27 min
  • CAC 40

    5 675,16
    -78,66 (-1,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 274,93
    -53,72 (-1,61 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9598
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 623,90
    -12,30 (-0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 524,80
    -1 740,17 (-8,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    426,71
    -32,43 (-7,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,24
    -0,26 (-0,33 %)
     
  • DAX

    11 909,83
    -229,85 (-1,89 %)
     
  • FTSE 100

    6 860,47
    -124,12 (-1,78 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0837
    +0,0106 (+0,99 %)
     

"Follow touche presque 100% des 15-25 ans sur les réseaux sociaux"

Mahema pour Challenges

Ruben Cohen a cofondé l'agence Follow pour gérer la carrière des influenceurs. Un créneau en plein essor grâce à des annonceurs qui ciblent la génération Z. Il est l'invité du Club Entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - Comment vous est venue l’idée de créer une agence comme Follow?

Ruben Cohen - Grâce à la rencontre de quatre amis qui se sont connus au lycée. Nous avions monté des entreprises de vente de casquettes et un site d’e-commerce. Nous nous sommes rendu compte que des célébrités échangeaient des posts sur les réseaux sociaux simplement en échange de produits. Nous nous sommes dit que nous pouvions intervenir pour améliorer cette situation, à un moment où les influenceurs découvraient un nouveau métier.

Ce business était nouveau, comment avez-vous démarré?

La série Dix pour cent venait de se créer. Cela nous a énormément inspirés sur le métier d’agent car ils rencontrent des problématiques similaires aux nôtres. Au début, nous n’avions pas de modèle. Nous regardions ce qui se passait chez Havas ou Publicis. Puis nous avons appris - et nous nous sommes améliorés. Notre but a toujours été de concilier la satisfaction de l’influenceur et celle de l’annonceur.

Qui étaient vos premiers influenceurs sous contrat?

Nous avons commencé, en 2017, avec Paola Locatelli et Maya Borsali. A ce moment-là, elles étaient des talents en devenir. Paola avait une communauté de 80.000 abonnés sur Instagram. Aujourd’hui, c’est peu, mais à l’époque c’était pas mal. Nous nous sommes dit que si cela fonctionnait avec elles, c’était gagné. Elles étaient mineures, il fallait gérer cela avec leurs parents qui sont des parties prenantes obligatoires. Aujourd’hui, Paola a 1,9 million d’abonnés sur Instagram.

Lire aussi

Comment avez-vous fait évoluer votre proposition aux annonceurs?

Au départ, nous faisions de la vente de stories et de posts sur les réseaux sociaux. C’est aux antipodes de ce que nous faisons aujourd’hui. Notre cœur de métier, c’est de leur proposer des stratégies créatives afin d’impacter, choquer et performer. Pour résumer: faire du bruit. Nous avons une équipe de créatifs et de planneurs stratégiques pour donner du sens à leurs campagnes.

Comment travaillez-vous avec le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi