La bourse est fermée

Focal, les enceintes françaises qui pulvérisent Bose

De Saint-Etienne, cette PME rayonne dans le monde entier avec ses enceintes et ses systèmes acoustiques très, très haut de gamme. Elle équipe même des voitures premium.

Quand Christophe Sicaud reçoit ses clients VIP à l’usine de Saint-Etienne, le président de Focal, numéro 1 français des enceintes acoustiques, ne manque pas de leur en mettre plein la vue. Ou plutôt, plein les oreilles. D’abord, il les installe dans un large canapé en cuir, face à deux grandes Utopia : des colonnes laquées de 2 mètres de haut à l’ébénisterie épaisse de 5 centimètres et pesant chacune 256 kilos. Ensuite, le maestro pousse le son des quatre voies. Et ça décoiffe. "Quand j’arrive à faire écouter, j’ai gagné !", assure le patron à la silhouette dégingandée. Malgré leur prix de 150.000 euros, le Stéphanois vend une trentaine de paires d’Utopia chaque année, dans le monde…

Eh oui, le son Focal fait des émules partout où il y a des audiophiles. Depuis Saint-Etienne, la PME de 200 salariés s’est discrètement forgé un nom parmi les cadors mondiaux de la haute-fidélité, Bowers & Wilkins, JBL ou Bose. Et 70% des 350.000 produits fabriqués dans la Loire (enceintes pour la maison et la voiture, casques audio, équipements pour les studios d’enregistrement) sont exportés via un réseau de 240 distributeurs.

>> A lire aussi - Comment Devialet est devenu la nouvelle Rolls du son

Avec sa filiale britannique Naim (160 personnes), un pro des amplificateurs, des lecteurs de CD et des serveurs musicaux à disque dur, racheté en 2011, Focal creuse ainsi son sillon. Et, à la satisfaction des trois fonds d’investissement français aujourd’hui propriétaires de la marque (les cadres détiennent moins de 5% du capital), son chiffre d’affaires ne cesse de progresser. De 65 millions d’euros en 2013, il est passé à 92 millions l’an dernier, dont 58 millions pour la seule marque Focal. La rentabilité ? "Elle est supérieure à (...) Cliquez ici pour voir la suite