La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    27 781,02
    +497,43 (+1,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,1881
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    26 235,80
    +274,77 (+1,06 %)
     
  • BTC-EUR

    32 796,75
    -2 059,11 (-5,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    951,68
    -9,21 (-0,96 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     

Flying Whales relance le dirigeable pour révolutionner le transport de marchandises

·2 min de lecture

Créée en 2012, Flying Whales ambitionne de faire revivre le dirigeable, utilisé jadis pour le transport de marchandises. Après 5 années d’études et de développement, la start-up est passée à la vitesse supérieure et va construire l’an prochain sa première usine de fabrication près de Laruscade, à 43 km de Bordeaux, en Gironde. Soutenue par de très nombreux partenaires industriels et financiers (Air Liquide, ADP, Bouygues, BPI France, la Région Nouvelle Aquitaine…), la start-up lancera en 2023 son premier dirigeable baptisé LCA60T. Avec ses 200 mètres de long (l’équivalent de deux Airbus mis bout à bout) et ses 50 mètres de diamètre, le LCA60T sera la plus grosse machine volante au monde. Romain Schalk, le directeur de la communication de Flying Whales, nous explique comment ce nouveau moyen de transport va révolutionner de nombreux secteurs.

Romain Schalk, directeur de la communication de Flying Whales. © DR
Romain Schalk, directeur de la communication de Flying Whales. © DR

Comment est née l’idée de Flying Whales ?

Romain Schalk : Tout est parti d’une discussion avec l’Office national des Forêts (ONF) qui cherchait une solution pour exploiter plus de bois issu des forêts françaises, notamment afin de favoriser la construction en bois. Le problème est que ce bois se situe souvent dans les zones difficiles d’accès. On s’est alors rendus compte qu’il n’existait aucun solution de transport pour les charges lourdes. Soit on utilise un hélicoptère, mais la charge est limitée à 4 tonnes, soit on utilise des camions, mais ça nécessite de construire des routes, ce qui peut être dommageable pour l’environnement. En vol stationnaire, le ballon n’a pas besoin de se poser et peut emporter jusqu’à 60 tonnes. Aucun autre moyen de transport ne permet cela !

Le dirigeable est un moyen d’aider les pays qui ne disposent pas de suffisamment d’infrastructures

Quelles autres missions pourrait remplir votre ballon ?

Romain Schalk : Il y en a plein ! On peut livrer sur site des pales d’éoliennes qui sont très encombrantes à transporter par la route. Nous...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles