Marchés français ouverture 38 min
  • Dow Jones

    34 364,50
    +99,13 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 855,13
    +86,21 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    27 131,34
    -457,03 (-1,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,1315
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    24 105,08
    -551,38 (-2,24 %)
     
  • BTC-EUR

    31 627,01
    +281,72 (+0,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    812,13
    +1,53 (+0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 410,13
    +12,19 (+0,28 %)
     

Florence Parly : la présence du groupe Wagner au Mali serait "inacceptable"

·1 min de lecture

La ministre française des Armées, Florence Parly, a accordé à France 24 et RFI un entretien depuis le Forum international de Dakar. Elle a dénoncé le développement d’une "campagne de désinformation" visant à créer un "discours antifrançais" au Sahel. Selon la ministre, les mercenaires russes du groupe Wagner "ne sont pas à Bamako", mais si elle advenait, une telle situation serait inacceptable : tous les efforts de Paris sont orientés afin "qu’une telle menace ne se matérialise pas".

Florence Parly s’est exprimée sur France 24 et RFI depuis la capitale sénégalaise où se tient le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. La ministre des Armées explique que les violences contre un convoi militaire français au Burkina Faso et au Mali fin novembre ont été suscitées par une campagne de désinformation visant à entretenir un "discours antifrançais".

Sans citer la Russie, elle affirme qu’un "certain nombre de compétiteurs" cherchent à saper la légitimité de l’opération française en répandant des mensonges, notamment celui selon lequel la France arme les jihadistes. Elle affirme qu’un travail conjoint d’enquête avec les autorités nigériennes pour déterminer les circonstances des incidents qui ont causé des morts et des blessés.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles