Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    53 617,15
    +660,38 (+1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 224,89
    +26,33 (+2,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2990
    +0,0075 (+0,58 %)
     

Le flop du compte personnel de pénibilité

Impact Photography/Adobe Stock

Le compte personnel de pénibilité a été instauré en 2015 durant la présidence Hollande afin de compenser les effets néfastes du travail pénible sur la durée de vie des travailleurs. Semblable au compte personnel de formation (CPF), ce compte permet aux salariés exposés à des facteurs de pénibilité de cumuler des points en vue de financer une reconversion professionnelle, de travailler à temps partiel sans perte de salaire avant la retraite, ou de partir plus tôt (jusqu'à deux ans avant l'âge légal de départ à la retraite). Initialement appelé "compte personnel de prévention de la pénibilité" (C3P), il a été renommé "compte professionnel de prévention" (C2P) en 2017 dans le cadre des ordonnances Macron, rappelle Le Monde, le 19 mai 2023. Ces ordonnances ont supprimé quatre des dix critères de pénibilité permettant de cumuler des points : l'exposition à des agents chimiques dangereux, aux poussières et aux fumées, le port de charges lourdes, les postures pénibles et les vibrations mécaniques.

Les six critères restants sont les activités exercées dans des environnements extrêmes (bruyants, sous très haute pression ou haute température), les tâches impliquant des gestes répétitifs, le travail en équipes alternées (par exemple, en trois-huit) et le travail de nuit. Un salarié exposé à l'un de ces critères cumule 4 points par année d'exposition (8 pour les salariés nés avant juillet 1956) et 8 points (16 pour les salariés nés avant juillet 1956) en cas d'exposition à plusieurs facteurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Evolution professionnelle : connaissez-vous le job crafting ?
Salaire : cette décision de justice est une très bonne nouvelle pour les femmes
Les coûteuses erreurs de calcul des indemnités d’arrêts maladie
Pourquoi il est impossible de faire tomber le taux de chômage à zéro
Plan de Pôle emploi pour recruter sur les métiers en tension : ce nouveau secteur bientôt concerné