La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 785,50
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    47 735,68
    -4 692,66 (-8,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Fiscalité: l’Irlande fait les yeux doux au secteur du jeu vidéo

·3 min de lecture

L’Irlande, connue pour sa fiscalité avantageuse pour les grandes entreprises, vient de dévoiler une nouvelle mesure généreuse. Dublin a déjà réussi à attirer les QG européens des géants du numérique, Facebook, Twitter, Google, etc., et c’est désormais au secteur du jeu vidéo que le pays fait les yeux doux. Et un cadeau budgétaire.

De notre correspondante à Dublin,

Un cadeau en forme de crédit d’impôt pour les éditeurs de jeux vidéo. Une réduction de 32% de l’impôt sur les sociétés s’ils dépensent 100 000 à 25 millions d’euros sur un projet, sur la production d’un jeu, sur son design ou sur les tests qui précèdent la sortie d’un opus. Le message du gouvernement est très clair : « Installez-vous chez nous, investissez chez nous », avec pour objectif d’attirer des financements et de la main d’œuvre qualifiée, bien rémunérée.

Cette stratégie a déjà fonctionné dans d’autres secteurs puisque tous les grands de l’internet sont déjà présents – Google, Apple, Microsoft, Facebook, ainsi que les géants de la production pharmaceutique, GlaxoSmithKline, Pfizer ou encore Roche. Ce crédit d’impôt de 32%, est déjà en vigueur dans les secteurs de la production de films et sera l’un des plus avantageux à travers l’Europe.

► À lire aussi : Irlande: amende de 225 millions d'euros pour l'application WhatsApp

Un secteur très lucratif

Le secteur vidéoludique est déjà présent ici, on ne part pas de rien. Quelques entreprises sont déjà installées à Dublin, comme Activision, qui édite la série Call of Duty, une simulation de conflits armés. Il y a aussi le label 2K, spécialisé dans les jeux de sport, de basketball en particulier. Mais en tout, le domaine du jeu vidéo n’emploie « que » 2 000 personnes en Irlande. Le ministre des Finances estime qu’il grandit moins vite dans le pays que dans le reste du monde. Évidemment, hors de question d’être à la traîne pour le gouvernement.

Parce que le secteur est dynamique et surtout lucratif : il pèse au moins 100 milliards de dollars à l’échelle mondiale. C’était vrai avant la pandémie, ça l’est encore plus aujourd’hui alors que de nombreux confinés se sont mis aux jeux vidéo.

► À lire aussi : Taxation des multinationales: comment vit-on cette décision en Irlande?

Une hausse du taux d’impôt sur les sociétés

Et l’Irlande aimerait bien sa part du gâteau. Comme celui-ci est très gros, même si les entreprises paient peu d’impôts, elles en paient quand même (potentiellement des centaines de millions de dollars en recettes fiscales) et leurs salariés font fonctionner l’économie nationale.

L’Irlande fait donc des cadeaux fiscaux aux grandes multinationales pour les attirer dans le pays. Mais, elle a accepté de faire grimper son taux d’impôt sur les sociétés. D’ailleurs, le budget 2022 prévoit bien la hausse de ce taux d’impôt de 12,5 à 15%. Cette hausse, voulue par l’OCDE au nom de l’équité fiscale, a nécessité trois mois de négociations pour convaincre Dublin.

Mais il faut bien différencier le taux d’impôt sur les sociétés et les dispositifs d’optimisation fiscale mis en place par l’Irlande, par exemple les crédits d’impôts ; des manières légales de permettre aux multinationales de payer moins, et donc de les attirer au pays. La Commission européenne doit encore valider le projet, pour une entrée en vigueur prévue l’année prochaine.

► À lire aussi : Changement de fiscalité en Irlande: le gouvernement rassure la population

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles