La bourse ferme dans 1 h 57 min
  • CAC 40

    6 657,20
    +18,74 (+0,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 164,46
    +5,95 (+0,14 %)
     
  • Dow Jones

    34 890,78
    +92,78 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,1701
    -0,0016 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 753,30
    +1,60 (+0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    37 276,56
    -9,59 (-0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 087,10
    -14,41 (-1,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,33
    +1,35 (+1,82 %)
     
  • DAX

    15 572,11
    +40,36 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    7 047,60
    -3,88 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    14 935,65
    -112,05 (-0,74 %)
     
  • S&P 500

    4 444,60
    -10,88 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    30 240,06
    -8,75 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    24 208,78
    +16,62 (+0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3703
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Fiscalité immobilière : bientôt la fin des résidences secondaires ?

·1 min de lecture

Il fallait s’y attendre : les communes privées du produit de la taxe d’habitation sur les résidences principales, certes compensée par l’État au terme d’un mécanisme stabilisé dans la douleur au bout de deux ans de débat, se rattrapent sur les taxes qui restent à leur main. Elles ne sont pas nombreuses, et l’une des plus juteuses est la taxe sur les résidences secondaires. En effet, les villes, essentiellement les plus importantes et les plus touristiques à la fois, volontiers choisies par les ménages pour y passer vacances et week-ends, ne se contentent plus de recueillir pour ces maisons ou ces appartements une taxe d’habitation : elles appliquent une taxation punitive, avec des taxes majorées. Pourquoi ? Parce que dans un pays qui manque de logements pour ses habitants, il est jugé répréhensible d’en détenir et de ne l’utiliser que quelques mois par an.

>> A lire aussi - Surtaxe d’habitation : ces villes qui ne font pas de cadeau aux propriétaires de résidence secondaire

Il faut rappeler ici qu’une résidence est estimée principale si son occupant, propriétaire ou locataire, y vit au moins huit mois par an, et que par différence une résidence secondaire a vocation à être occupée le plus souvent jusqu’à quatre mois par an. Dans la plupart des cas, les propriétaires de résidences secondaires ne dépasseront pas deux ou trois mois d’occupation, en cumulant entre quinze jours et un mois de vacances et entre une dizaine et une vingtaine de week-ends dans l’année. On précisera aussi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

États-Unis : des millions d'Américains menacés d'être expulsés de leurs logements
Auvergne et Rhône-Alpes : la cote des villes moyennes remonte en flèche
Crédit immobilier : pourquoi la banque vous accordera moins si vous louez au lieu d’occuper votre futur bien
Immobilier : autour de la Méditerranée, le rythme de ventes ne faiblit pas
Crédit immobilier : non, la vaccination contre la Covid-19 n’est pas un motif de résiliation de prêt

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles