La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 960,00
    -36,98 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    13 635,99
    +92,93 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2148
    -0,0027 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    26 649,36
    -840,37 (-3,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,54
    -26,36 (-3,89 %)
     
  • S&P 500

    3 855,36
    +13,89 (+0,36 %)
     

Fintech: des assurances-vie nouvelle génération pour séduire les Français

·2 min de lecture

Depuis quelques semaines, plusieurs fintechs ont lancé de nouveaux contrats d’assurance-vie pour relancer l’intérêt des particuliers. Le placement préféré des Français a traversé une année noire en 2020.

2020 aura été une année noire pour l’. Selon les derniers chiffres de la Fédération française de l'assurance (FFA), le placement préféré des Français, avec plus de 1.700 milliards d’euros d’encours, n’a plus la cote. Depuis le début de l’année, alors que , l’assurance-vie n’en a pas du tout profité. Pire, elle enregistre même une décollecte nette de 7 milliards d’euros. Du jamais vu depuis 20 ans !

Alors, au rebut l’assurance-vie ? Ce n’est pas l’avis de plusieurs start-up de la fintech qui viennent de lancer des contrats, en misant sur les points forts du produit (sa fiscalité, sa grande souplesse) tout en essayant d’en gommer les défauts. Le premier d’entre eux, c’est le fonds en euros, qui permet de garantir le capital à tout moment. Auparavant véritable point fort de l’assurance-vie, son le rend beaucoup moins attirant. "Le fonds en euros n’est qu’une variable d’ajustement du profil de risque du client. Même un client très prudent ne peut plus être investi à 100% sur le fonds en euros, s’il veut être un peu rémunéré", détaille Marc Tempelman, cofondateur de Cashbee, une application d’épargne sur smartphone qui a lancé son contrat le mois dernier. Dans le contrat Mon petit placement Vie accessible depuis la semaine dernière, le fonds en euros n’est même pas proposé. "Notre volonté est d’aider le particulier à accéder à l’investissement financier, pas à l’épargne. Du coup, nous lui ouvrons l’accès aux marchés financiers avec des unités de compte", explique Thomas Perret, président de la plateforme Mon petit placement.

Un service haut de gamme mais des prix très compétitifs

Dans ces deux contrats, le client profite d’une allocation adaptée à son profil. Pour ce faire, il remplit lors de sa souscription un petit questionnaire sur ses objectifs et son niveau d’aversion au risque. En quelques minutes, il obtient une allocation personnalisée, investie dans des fonds de prestigieuses sociétés de gestion (Pictet, Comgest...) et qui évolue en fonction de l’évolution des[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi