La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 153,20
    -1,34 (-0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La Finlande met toutes ses forces dans l'Otan

REPORTAGE - Au diapason d’une population pour qui la menace russe est réelle, Helsinki s’organise pour adhérer au plus vite à l’Alliance atlantique. Une révolution dans ce pays à la neutralité historique, mais bien militarisé.

A l’ombre de l’imposante cathédrale orthodoxe Ouspenski, reflet d'une époque, au XIXe siècle, où le grand-duché de Finlande était intégré à la Russie impériale, le siège des services secrets finlandais, austère bâtiment de marbre gris, semble impassible alors que le pays voit ressurgir à ses portes un péril qu’il espérait enfoui dans les livres d’histoire. "La Russie est la plus grande menace pour la sécurité de la Finlande, car c’est un Etat qui attaque ses voisins, confie Antti Pelttari, fines lunettes noires et bouc de trois jours, le chef espion qui dirige le Supo depuis 2011. Tout au long de notre histoire, nous nous sommes préparés à faire face à cette agressivité, mais néanmoins l’attaque russe en Ukraine, le 24 février, a changé la donne. Elle nous a poussés à demander à faire partie de l’Otan pour avoir plus de garanties."

Inimaginable avant le début de la guerre déclenchée par Vladimir Poutine, Finlande et Suède ont en effet . Un véritable revirement géopolitique, tant les deux pays étaient jusqu’à présent arc-boutés sur leur non-alignement militaire. Résultat, avec 1.340 kilomètres de frontière terrestre supplémentaire entre la Finlande et la Russie, la zone de contact directe de cette dernière avec l’Otan (limitée jusqu’ici à la Norvège et aux Pays baltes) va doubler. Le Kremlin, qui fait de l’extension de l’Alliance atlantique une ligne rouge, a dans la foulée et de gaz à la Finlande. "Pour l’instant, ces représailles énergétiques sont tout à fait supportables, puisque nous ne dépendons que très marginalement de la Russie", estime Erkki Tuomioja, député social-démocrate, ex ministre des Affaires étrangères de 2011 à 2015. Le gaz naturel –provenant à 92% de Russie– ne représente en effet que 5% de l’énergie consommée en Finlande.

Antti Pelttari, est le chef des services secrets finlandais (Supo) depuis 2011. Ici au siège du Supo le 20 mai 2022. (c) Antoine Izambard

Contrairement à la Suède, plus attentiste car plus éloignée du danger et tenante d’une d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles