La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 955,94
    -268,99 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Finances publiques: la France atteint la cote d'alerte, selon Bruno Le Maire

BENOIT TESSIER

La France a atteint sa "cote d'alerte" sur les finances publiques, estime ce lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Les conditions de financement ont changé" pour la France, avec la hausse des taux d'intérêt qui a commencé et va se poursuivre, précise-t-il.

La France a atteint sa "cote d'alerte" sur les finances publiques, estime ce lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, au moment où l'exécutif cherche un compromis avec l'opposition pour son projet de loi sur le pouvoir d'achat. "Tout n'est pas possible, tout simplement parce que nous avons atteint la cote d'alerte sur les finances publiques", a affirmé Bruno Le Maire, ajoutant que "les conditions de financement ont changé" et qu'aujourd'hui la France emprunte "à plus de 2%" pour financer les dépenses publiques, quand elle le faisait encore récemment à taux négatif ou très faibles.

Interrogé sur la proposition faite par plusieurs partis de l'opposition, comme Les Républicains ou le Rassemblement national, d'une baisse de , Bruno Le Maire a assuré que le gouvernement allait "discuter" avec ces formations mais que "l'esprit de compromis doit s'accompagner d'un esprit de décision". "Des dépenses supplémentaires de l'ordre de 20 ou de 25 milliards d'euros sur le carburant comme le proposent certaines formations politiques, elles sont trop coûteuses, ou alors il faudra renoncer à d'autres choses", a-t-il estimé. Selon l'Insee, la à la fin du troisième trimestre, soit 114,5% du PIB, du fait aussi d'une croissance économique en berne.

"Revenir à des finances publiques équilibrées d'ici à 2027"

Ce n'est pas ce montant qui "préoccupe" le ministre, mais le fait que "les conditions de financement ont changé" pour la France, avec la hausse des taux d'intérêt qui a commencé et va se poursuivre, la Banque centrale européenne cherchant à réduire l'inflation. "Une partie de la charge de la dette est indexée sur l'inflation", a notamment rappelé le ministre, ce qui représente "plusieurs milliards d'euros" supplémentaires à dépenser pour rembourser cette charge chaque année. "Ma charge de ministre des Finances, c'est de revenir à des finances publiques équilibrées d'ici à 2027".

"La politique c'est des choix (...) Il est impératif de réduire l'endettement public" mais "il faut[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles