Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    55 079,07
    +1 448,84 (+2,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 253,59
    +55,02 (+4,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Financement libyen : que dit l’ordonnance ?

Nicolas Sarkozy et 12 autres personnes sont renvoyés en procès en 2025 pour des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007.  - Credit:BERTRAND GUAY / AFP
Nicolas Sarkozy et 12 autres personnes sont renvoyés en procès en 2025 pour des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007. - Credit:BERTRAND GUAY / AFP

Deux magistrates financières ont signé jeudi 24 août une ordonnance renvoyant Nicolas Sarkozy ainsi que douze personnes en procès à Paris début 2025 pour des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de l'ex-président. Des accusations démenties par l'ancien chef d'État et par la plupart des protagonistes de l'affaire. Voici les principaux éléments contenus dans les 557 pages de cette ordonnance.

Le « pacte de corruption »

« Il apparaît qu'un pacte de corruption a été noué entre Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi aux fins de financement de l'élection du premier » en échange de « contreparties à la fois diplomatiques, économiques et judiciaires » au bénéfice du régime libyen. « Un ensemble de témoignages convergents d'anciens dignitaires libyens attestent » cela.

PUBLICITÉ

« Plusieurs proches de Nicolas Sarkozy ont, avec constance, agi en qualité d'intermédiaires, tantôt officiels (Claude Guéant et Brice Hortefeux) tantôt officieux (Alexandre Djouhri et Ziad Takieddine) afin d'obtenir des soutiens financiers des autorités libyennes ». « Ces agissements qui, la plupart du temps, étaient initiés par des proches de Nicolas Sarkozy ne pouvaient, par nature, être engagés sans l'aval et la parfaite connaissance de cause de ce dernier. »

Ni « complot » ni « machination »

« La thèse d'une machination destinée à nuire à Nicolas Sarkozy pour le punir d'avoir conduit la coalition (en 2011) contre le régime de Mouammar Kadhafi, ne résiste pas à l'analyse. Il e [...] Lire la suite